TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, jeudi 27 février 2014 à 20 heures 50, les deux volets du téléfilm "Le mystère d'Edwin Drood".

Le-mystere-d-Edwin-Drood.jpg

© BBC/Laurence Cendrowicz


Le jeune Edwin Drood disparaît par une nuit de tempête. A-t-il été assassiné ? L'adaptation du dernier roman – inachevé – de Dickens, qui connaît un dénouement surprenant. Une atmosphère troublante, aux frontières du surnaturel, tirant insensiblement l'oeuvre de Dickens du côté du polar. Une réussite.

Avec : Matthew Rhys (John Jasper), Freddy Fox (Edwin Drood), Tamzin Merchant (Rosa Bud), Rory Kinnear (Le révérend Crisparkle), Alun Armstrong (Mr. Grewgious), Sacha Dhawan (Neville Landless), Amber Rose Revah (Helena Landless)

A 20 heures 50


1842. Maître de chœur à la cathédrale de Cloisertham, John Jasper cache un sombre secret : il est obsédé par une de ses élèves, Rosa, une orpheline qui vit dans un pensionnat. Jasper sait qu'il ne pourra jamais déclarer sa flamme, la jeune fille étant promise par testament à Edwin Drood, son neveu, orphelin lui-aussi. Tourmenté et haineux, il noie son désespoir dans l'opium. L'arrivée d'Helena et Neville Landless, deux orphelins venus de Ceylan, bouleverse ce petit monde. Frappé par la beauté de Rosa, Neville déteste instantanément Edwin et s'en prend violemment à lui. Jasper voit là une occasion de transformer ses rêves en réalité : se débarrasser d'Edwin, accuser Neville et récupérer Rosa...

A 21 heures 45

Au lendemain d'une nuit de tempête, Edwin a disparu. Jasper est-il allé au bout de son plan machiavélique ? A-t-il assassiné son neveu – comme il en a l'impression – ou est-il victime d'hallucinations dues à l'opium ? Malgré l'absence de cadavre, il s'empresse d'accuser Neville de meurtre. Le jeune homme clame son innocence et révèle qu'Edwin est en fait son demi-frère. En attendant d'être présenté à la justice, Neville trouve refuge à Londres chez le tuteur de Rosa, un notaire débonnaire. La jeune fillle, qui reste seule au pensionnat pendant les vacances d'été, se retrouve sans défense face au maître de chœur, plus pressant que jamais...

Du côté du polar

Mort subitement en juin 1870, Charles Dickens a laissé Le mystère d'Edwin Drood inachevé – le manuscrit s'interrompt peu après la disparition du jeune homme. Depuis, écrivains, critiques et scénaristes n'ont cessé d'émettre des hypothèses, d'imaginer des fins possibles au roman. Dernière en date à s'y être essayée, Gwyneth Hughes (Five days, The girl) a construit pour la BBC cette fiction qui se présente comme la version "définitive" de l'histoire. Servie par une réalisation très soignée (scènes éclairées à la bougie, clair-obscur) et d'excellents acteurs (en particulier pour les seconds rôles), elle distille une atmosphère troublante, aux frontières du surnaturel, tirant insensiblement le roman de Dickens du côté du polar. Une réussite.

Commenter cet article