TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dans la nuit du lundi 03 au mardi 04 février 2014 à 00 heure 40, le documentaire réalisé par Arnold Fanck et Othmar Gurtner "Le stade blanc".

Le-stade-blanc.jpg

© Verlag für Filmschriften/ZDF


Le premier documentaire sur des Jeux olympiques d'hiver, réalisé en 1928 à Saint-Moritz. Équipé seulement de deux caméras, Arnold Fanck, pionnier allemand du film de montagne, varie les prises de vues, utilise le ralenti, alterne reportages et interviews pour restituer au mieux l'ambiance de ces Jeux.


En 1928, vingt-cinq pays s’affrontent à Saint-Moritz, en Suisse. Si bien des disciplines sont encore à l’honneur aujourd’hui, d’autres ont disparu, comme le ski Jöering (courses de chevaux attelés de skieurs). Équipé seulement de deux caméras, Arnold Fanck, pionnier allemand du film de montagne, varie les prises de vues, utilise le ralenti, alterne reportages et interviews pour restituer au mieux l’ambiance de ces Jeux. Pour achever le film dans le délai record imposé par la UFA, le cinéaste et son équipe réalisent eux-mêmes un formidable exploit : monter 30 000 mètres de pellicule en dix-sept jours !

Les titans du muet

Fanck écrit dans ses Mémoires : "Je dus engager trois colleuses de cinéma qui se relayaient, et j’étais moi-même seize heures par jour sur le banc de montage. J’ai travaillé d’affilée les trois derniers jours, 72 heures sans dormir !" Il fut assisté dans sa tâche par Walter Ruttman, auréolé du succès de Berlin, symphonie d’une grande ville, lequel se chargea notamment de monter la redoutable épreuve de patinage de vitesse.

Ce film exceptionnel est resté longtemps invisible. En 2012, le CIO entreprend des recherches qui permettent de récupérer des copies à Moscou, Berlin, Munich et Lausanne. Une restauration numérique peut ainsi avoir lieu, les cartons manquants étant reconstitués à partir de la fiche de censure allemande. Le film passe ce soir à une vitesse supérieure à celle souhaitée par le CIO (18 images/seconde). De nouvelles musiques ont été composées, qui respectent l’harmonie entre son, images et montage dont le cinéma muet était coutumier, en soulignant les audaces formelles de Fanck.

Commenter cet article