TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mardi 29 avril 2014 à 22 heures 45, le documentaire réalisé par Mo Asumang "Les Aryens".

Les-Aryens.jpg

© Yoliswa Gärtig


Partant de son histoire personnelle, la réalisatrice allemande d’origine ghanéenne Mo Asumang interroge le concept d’"aryanité", terreau toujours fertile des théories racistes. Bravant les intimidations et les silences obstinés, elle part à la rencontre des néonazis pour décrypter leurs motivations et les confronter à leurs incohérences.


En Allemagne, certaines localités, rebaptisées « zones nationales libérées », sont désormais sous le contrôle du NPD (Parti national-démocrate), qui a fait fuir les étrangers et imposé un climat de terreur. Aux États-Unis, les groupuscules d’extrême droite prolifèrent dans le sillage du Ku Klux Klan ou de suprématistes blancs tels que le fondateur de la White Aryan Resistance, qui affirme sans détours : « Notre religion, c’est notre race. » Si leurs dénominations et leurs méthodes diffèrent, ces mouvements reposent sur une idéologie commune : la croyance en la supériorité de l’homme blanc, et plus particulièrement de l’Aryen, qui fut glorifié par les nazis pour mieux rayer de la communauté nationale les juifs, les étrangers et tous les individus jugés inférieurs. Mais que signifie être aryen ?

Instrumentalisation

Descendant de grands-parents enrôlés dans la SS d’un côté, d’aïeuls ghanéens de l’autre, la réalisatrice, présentatrice et actrice Mo Asumang (The ghost writer) est confrontée depuis l’enfance à la haine raciale. De manifestations publiques en entretiens en tête-à-tête, bravant les intimidations et les silences obstinés, elle part à la rencontre des néonazis pour décrypter leurs motivations et les confronter à leurs incohérences. Au fil de son enquête, elle interroge le sens du mot « Aryen », popularisé au XIXe siècle par Joseph Arthur de Gobineau. Elle met ainsi en lumière l’instrumentalisation du terme, qui désigne en réalité une peuplade de bergers du IIIe millénaire avant J.-C., installée sur les hauts plateaux de l’Iran actuel. Une vérité anthropologique irréfutable qui ébranle les postulats nazis toujours en vogue aujourd’hui, qualifiés de « sinistre plaisanterie » par un archéologue persan.

Commenter cet article