TV Replay

Publié par Aanil

Au sommaire des programmes religieux diffusés dimanche 16 février 2014 à partir de 08 heures 30 sur France 2 :



08h30 - Sagesses bouddhistes


La coproduction conditionnée dans le bouddhisme ancien (2/2)

Après avoir abordé le mécanisme de la coproduction conditionnée, gros plan sur l'impact que peut provoquer cette notion sur la vision du moi au quotidien pour mieux comprendre la souffrance qui peut en résulter.


08h45 - Islam

L'unicité de l'être

L'unicité de Dieu, crédo fondamental en islam, précède l'unicité de l'être et de la création sous toutes ses formes. Que signifie l'unicité de l'être ? Quelle est la vision de cette unicité dans la tradition mystique soufie ? Comment est-ce que chaque élément de la création renvoie à l'unicité de Dieu Tout-Puissant ?


09h15 - Judaïca

De Moïse à Mahomet

Auteurs d'une monumentale «Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours», publiée chez Albin Michel, Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora proposent une analyse de quinze siècles d'histoire.


10h00 - Présence protestante

La justice restaurative

Apparue dans les années 70 aux Etats-Unis via les courants mennonites menés par le criminologue Howard Zehr, la justice restaurative a fait ses preuves. Elle peine pourtant à trouver une place en France. En prenant ses fonctions de ministre de la Justice, en mai 2012, Christiane Taubira a évoqué son souhait de voir se développer cette justice aussi appelée «réparative».


10h25 - Le Jour du Seigneur

La force de tenir (première partie)

Fin décembre 2013, le père Georges Vandenbeusch était libéré par le groupe islamiste Boko Haram après sept semaines de captivité. Ce prêtre du diocèse de Nanterre revient sur son enlèvement, sa libération et sur la démarche qui l'a poussé à partir en Afrique.

Messe (à 10h35)

Célébrée en la basilique Notre-Dame-de-Paradis, à Hennebont (56). Prédicateur : le père René-Luc, de la paroisse étudiante de Montpellier.

La force de tenir (deuxième partie)

Le père Georges Vandenbeusch a été curé de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux de 2002 à 2011. Chaque jeudi soir, une veillée suivie d'une nuit d'adoration y était organisée pour «porter le père Georges dans sa solitude nocturne». Depuis sa libération, ces soirées perdurentsous forme d'action de grâce pour sa libération.

Commenter cet article