TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, lundi 24 et mardi 25 mars 2014 à 19 heures 00, les deux volets du documentaire "Les derniers mondes sauvages".

Les-derniers-mondes-sauvages.jpg

© Andreas Kieling


Lundi 24 mars 2014 à 19 heures 00


Tout autour du monde, un grand documentariste animalier allemand explore les derniers paradis sauvages espèces. De l'Inde au Malouines en passant par les Alpes et l'Australie, on découvre de fascinantes espèces : le rhinocéros unicorne, le coq de bruyère, l'albatros à sourcils noirs ou le cerf des marais.

Dans le nord de l’Inde, sur les rives du Brahmapoutre, le parc national de Kaziranga, classé depuis 1985 au patrimoine naturel de l’Unesco, abrite des rhinocéros unicornes, des cerfs des marais, des buffles et de merveilleux oiseaux. En Europe, le coq de bruyère de la Forêt-Noire est désormais menacé, tandis que dans les Alpes italiennes, le bouquetin escalade d‘impressionnants à-pics en quête de nourriture. Après un bout de chemin en compagnie des dauphins dans le sud de l’Australie, ce vertigineux tour du monde s’achève à l’extrême sud du continent américain, entre le cap Horn et les Malouines, sur la piste des albatros à sourcils noirs.


Mardi 25 mars 2014 à 19 heures 00

Second volet d’un fascinant tour du monde animalier, dans les derniers paradis sauvages : à Addis Abeba où survie une espèce très rare de loup ; au coeur de l’Allemagne où un troupeau de huit bisons a pu être rendu à l’état sauvage ; dans les Alpes, sur la piste du gypaete barbu, gigantesque vautour ; la dernière étape nous amène dans le domaine de l’éléphant de mer.

À 400 kilomètres au sud-est d’Addis Abeba, le verdoyant parc national du Mont-Balé sert de refuge à une espèce de loup dont on ne dénombre plus que 500 individus. D’où la nécessité de les protéger. Au cœur de l’Allemagne, dans le massif des Rothaargebirge, un troupeau de huit bisons a pu être rendu à l’état sauvage grâce à l’ambitieux projet d’un chercheur. Dans les Alpes, on piste le gypaete barbu, ce vautour de trois mètres d’envergure, qui a failli disparaître avant d’être réintroduit à partir de 1986. La dernière étape de ce tour du monde nous amène à 3.700 kilomètres du Pôle Sud, dans l’archipel de Géorgie du Sud, domaine du manchot royal et de l’éléphant de mer.

Commenter cet article