TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, jeudi 08 mai 2014 à 20 heures 50, deux épisodes de la série suédoise "Les enquêtes du commissaire Winter".

Le-dernier-hiver.jpg

© SVT


Le dernier hiver


À Göteborg, le commissaire Winter et son équipe enquêtent sur deux femmes assassinées dans leur lit conjugal... Une nouvelle aventure à rebondissements pour le commissaire Winter, d'après Ake Edwardson.

Un matin, une patrouille de police est appelée dans un appartement du centre-ville. Elle y découvre un homme en état de choc : sa compagne gît, sans vie, dans leur lit. Quelques jours après, un meurtre identique se produit : une femme est retrouvée morte étouffée dans un bel appartement du même quartier, son ami à ses côtés. Dans les deux cas, il n'y a ni effraction ni empreintes. Les compagnons des deux femmes sont les principaux suspects ; il s'agit désormais d'obtenir leurs aveux. Mais un détail intrigue une jeune auxiliaire de police…

Avec : Magnus Krepper (Erik Winter), Peter Andersson (Bertil Ringmar), Amanda Ooms (Angela Winter), Sharon Dyall (Aneta Djanali), Jens Hultén (Fredrik Halders), Malin Crépin (Gerda Hoffner), Jonas Rimeika (Johnny), Martin Wallström (Martin Barkner), Linda Marie Karlsson (Madeleine Holst), Jonatan Rodriguez (Erik Lentner)

Après « Wallander », « The killing » et « Borgen », ARTE diffuse une nouvelle série palpitante venue du froid, suédoise cette fois et adaptée des romans policiers cultes d'Ake Edwardson. Mélange de baroudeur et de dandy, le commissaire Winter mène l'enquête avec empathie, suivant son instinct, perdant souvent des plumes, risquant parfois sa peau. À ses côtés, ses collègues – l'impétueux Fredrik, le mélancolique Bertil… – , sa femme Angela, compréhensive mais parfois agacée, révèlent leur tempérament et leurs failles au fil des épisodes, contribuant à rendre la série attachante. Les investigations de Winter et de son équipe nous entraînent dans toutes les strates de la société de Göteborg, vues à travers ses cités ghettos, ses pavillons mornes, ses hôtels étranges et les difficultés qui, mondialisation oblige, ont fondu sur cette cité portuaire.

Commenter cet article