TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, lundi 17 février 2014 à 20 heures 50, le film réalisé par Stanley Kubrick "Les sentiers de la gloire".

Les-sentiers-de-la-gloire.jpg


1916. Les fantassins français croupissent dans les tranchées face à une position allemande réputée imprenable. Tout assaut serait suicidaire. Pourtant, espérant obtenir une étoile de plus à son uniforme, le général Mireau ordonne une attaque... En racontant un sombre épisode de la guerre de 14-18, Stanley Kubrick dénonce avec son humour distancié la démence du système militaire.


1916. Les fantassins français croupissent dans les tranchées face à une position allemande réputée imprenable. Tout assaut serait suicidaire. Pourtant, espérant obtenir une étoile de plus à son uniforme, le général Mireau ordonne une attaque. Décidé à protéger ses hommes, le colonel Dax s'y oppose avant de plier sous le chantage. Comme prévu, c'est l'échec total. Avant même d'avoir atteint les barbelés adverses, les fantassins sont repoussés. Niant l'absurdité de sa stratégie, le général Mireau réclame, à titre d'exemple, l'exécution publique de trois de ses soldats, accusés de lâcheté. Le colonel Dax les soutient devant le tribunal de guerre, mais les trois hommes sont condamnés à mort…

Une œuvre phare

Quatre des treize films de Kubrick traitent de la guerre. S'il fustige l'armée, ici l'armée française, le cinéaste ne propose aucune thèse positive, pacifiste ou patriotique. Il se contente d'exposer un système absurde, voire dément. Kubrick ne met en scène ni héros ni victoire. Le colonel Dax aurait pu être le champion de la paix si son combat avait eu une quelconque incidence sur le chaos. Mais le film s'achève avec la reprise des assauts. Et si Les sentiers de la gloire s'ouvre sur "La marseillaise", c'est pour mieux affirmer qu'aucune utopie n'a jamais transformé le monde. Le pessimisme de Kubrick, qui deviendra légendaire, éclate au grand jour. Après Les sentiers de la gloire, sommet de la première période, l'œuvre du cinéaste explorera toujours plus avant la folie humaine. Mais il n'y manquera jamais l'humour distancié qui transforme les épisodes les plus tragiques en irrésistibles farces. Quand le condamné, en chemin vers le poteau d'exécution, pleure et supplie, l'humour du cinéaste traverse ses cris. Metteur en scène des frissons troubles, Kubrick joue diaboliquement avec la jouissance du spectateur. À travers ses méandres, le film constitue une véritable grille de lecture pour toute l'œuvre du maître.

Avec : Kirk Douglas, Ralph Meeker, Adolphe Menjou, George Macready

Commenter cet article