TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, à partir du 17 février 2014, du lundi au vendredi à 19 heures 00, la série documentaire "Les splendeurs de l'ancienne Russie".

Les-splendeurs-de-l-ancienne-Russie.jpg

© Heike Nikolaus


À la découverte des plus belles villes de l’ancien empire des tsars, de ses trésors patrimoniaux à sa modernité flamboyante.


Lundi 17 février 2014 à 19 heures 00 - Le legs des tsars

Nulle part ailleurs la splendeur passée du temps des tsars n’apparaît avec autant d’éclat qu’à Saint-Pétersbourg, capitale de l’Empire russe pendant près de deux siècles. On la découvre ici en hiver notamment à travers ses fameux monuments : le musée de l’Ermitage, la forteresse Pierre-et-Paul, les églises aux couleurs chatoyantes… Parallèlement, quelques habitants racontent l’ambiance très européenne de la ville : un capitaine de brise-glace qui brave les rudesses de la Néva ou encore un couple de patineurs s’entraînant pour les jeux de Sotchi. Mais aussi l’horloger responsable de maintenir en marche les quelques 3 000 pendules de l’immense bâtiment de l’Ermitage.


Mardi 18 février 2014 à 19 heures 00 - Les nuits blanches de Saint-Pétersbourg

Découvrez cette fois-ci Saint-Pétersbourg sous un jour plus inattendu. Avec l'été, la métropole dévoile un visage jeune et bouillonnant : ses rues, ses canaux et ses parcs sont en constante effervescence et la vie s'accorde au rythme des Nuits Blanches de la jeunesse locale. Notamment lors des soirées enflammées du club-péniche Purga, où DJ Shahash mixe hits occidentaux et airs traditionnels…


Mercredi 19 février 2014 à 19 heures 00 - Novgorod, la glorieuse marchande

Novgorod, véritable berceau de la Russie, regorge de trésors médiévaux. Arrosée par la rivière Volkhov – voie commerciale qui relie le lac Ilmen au lac Ladoga – cette métropole marchande, la plus ancienne du pays, est une plaque tournante entre la Méditerranée et la mer Baltique. Grâce à son extraordinaire essor économique, les arts, les sciences et les libertés civiles se sont développés sans commune mesure avec les autres régions du pays – fait rare pour l’époque, l’instruction n’était pas l’apanage exclusif de la noblesse et du clergé. Du XIIe au XVe siècle, la Hanse germanique y tenait également un comptoir. Un passé passionnant que l'on découvre avec l’archéologue Serguei Trojanovski, spécialiste de l’écorce de bouleau et coutelier.


Jeudi 20 février 2014 à 19 heures 00 - Kiev, la mère des cités russes

Kiev, capitale de l’Ukraine indépendante depuis 1991, a un long et riche passé, intimement lié à celui de la Russie : le moindre de ses recoins raconte une passionnante histoire où l’on retrouve les racines religieuses, culturelles et politiques de l’Europe de l’Est. Au Moyen Âge, c’était le centre de pouvoir de la Rus’ de Kiev, principauté qui fait figure d’ancêtre de la Russie – d’où son surnom de "mère des cités russes". L’un des emblèmes qui font la fierté de la ville est la Laure des Grottes, l’un des plus anciens monastères orthodoxes russes, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, dont l’hydrogéologue Irina Tscherevko dévoile les secrets lors d'une visite dans ses sous-sols. Puis on découvre la descente Saint-André, surnommée le "Montmartre de Kiev", guidé par le galeriste Alexander Milovsorov qui connaît comme sa poche ce quartier investi par les artistes.


Vendredi 21 février 2014 à 19 heures 00 - L'anneau d'or

L’anneau d’or de Russie est une région située au nord-est de Moscou, entre la Volga et la Kliazma. C'est probablement le legs le plus majestueux que l’ancien Empire ait laissé à la Russie actuelle. Sur ces terres particulièrement fertiles, dotées de routes fluviales stratégiques, s’établirent plusieurs villes médiévales d’une grande richesse. Dans les paysages enneigés, les clochers aux couleurs vives et les bulbes dorés des innombrables églises et monastères montrent tout leur éclat, faisant entrevoir l’importance fondamentale de la religion orthodoxe dans l’histoire de la région. En compagnie d'un jeune guide, on découvre les rues de ces cités, véritables musées à ciel ouvert, et la peinture des fameuses icônes médiévales, tandis qu'une carillonneuse, un restaurateur et une boulangère spécialisée dans les prosphores – pains de communion – dévoilent les visages d’une Russie encore façonnée par la religion.

Commenter cet article