TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 mars 2014 à 00 heure 30, le documentaire réalisé par Apichatpong Weerasethakul "Mekong Hotel".

Mekong-Hotel.jpg


Entre réalité et fiction, une dérive éveillée sur les rives du Mékong, par le cinéaste-poète thaï Apichatpong Weerasethakul, Palme d'or à Cannes en 2010 pour "Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures".


C'est une terrasse d'hôtel vaguement kitsch, surplombant le Mékong, dans le nord de la Thaïlande, où un guitariste, sous le regard du cinéaste, tente de retrouver la mélodie qu'il a composée/oubliée. Un air qui berce cette heure de rêve et dérive, entre réalité et fiction. Un amour entre deux jeunes gens, Phon et Tong, s'y fraye un étroit passage, alors qu'une pob, fantôme made in Thaïlande friande d'entrailles, hante les lieux, gênée tout de même d'être la mère de la dulcinée.

Sans partage

Au fil du fleuve et de sa mémoire, elle raconte à sa fille l'exode des Laotiens venant de l'autre rive, son éducation militaire enfant dans les années 1970 ou encore l'exil des couples laotiens-thaïs en France. Avec cet OFNI (objet filmé non – tout à fait –identifié), Apichatpong Weerasethakul, Palme d'or à Cannes pour Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, fait une fois encore la preuve de son art raffiné de la contemplation. Dans son cinéma, la poésie règne sans partage et quelques plans fixes suffisent à l'envoûtement, pour peu qu'on se laisse porter par le flux faussement immobile du Mékong. Lequel est juste troublé par le sillage croisé de jet-skieurs transformés, par la grâce de la caméra, en insectes virtuoses.

Commenter cet article