TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 novembre 2013 à 00 heure 00, le documentaire réalisé par Staffan Julén et Marius van Niekerk "Mon voyage au coeur des ténèbres".

Mon-voyage-au-coeur-des-tenebres.jpg

© Eden Film/Peter Östlund


Un vétéran sud-africain en quête de rédemption rencontre trois de ses anciens ennemis lors de la guerre civile angolaise. Le récit poignant d'une réconciliation.


Répondant à l'appel du vétéran de l'armée sud-africaine Marius van Niekerk, Patrick, Samuel et Mario le retrouvent au beau milieu de la savane angolaise. Soldat ou mercenaire agissant pour le compte de Pretoria, membre des troupes gouvernementales du MPLA ou rebelle de l'Unita, chacun d'entre eux a combattu dans un camp différent durant la guerre civile qui a ravagé l'Angola entre 1975 et 1992. Les quatre hommes, ennemis d'hier, vont dévoiler les tourments qui les hantent depuis la fin des hostilités.

Fantômes du passé

"La vérité, aussi atroce soit-elle, possède un pouvoir de guérison immense, dès lors qu'elle a l'occasion de s'exprimer." C'est avec ce credo que Marius van Niekerk, initiateur et coréalisateur de ce documentaire, se confronte à ses anciens adversaires. En quête de rédemption, il ranime les fantômes du passé pour les exorciser. D'abord méfiants, ses trois compagnons d'infortune vont progressivement fendre l'armure. En anglais, en portugais, en afrikaans ou en langue khoisane, ces vieux soldats racontent les cauchemars, l'alcoolisme et les atrocités (tortures, exécutions sommaires…) dont ils ont été témoins et auxquelles ils se sont parfois livré. À mesure qu'ils s'enfoncent dans la brousse, les confessions se font plus intimes, et les quatre anciens combattants prennent conscience que ce passé douloureux les unit, aucun d'entre eux ne comprenant d'ailleurs les motivations de ce conflit devenu théâtre de la guerre froide suite à l'ingérence des troupes sud-africaines et cubaines. Ce vibrant plaidoyer contre l'absurdité de la guerre revient sur les épisodes marquants d'un conflit qui a fait des milliers de morts et déplacé un tiers de la population angolaise.

Commenter cet article