TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, vendredi 16 mai 2014 à 22 heures 20, un volet de la série documentaire "Naturopolis".

Et-si-Paris-se-mettait-au-vert--jpg

© Docside Production


Et si Paris se mettait au vert...

Avec ses deux millions d'êtres urbains et seulement cinq mètres carrés d’espaces verts par habitant, Paris est l'une des villes les plus denses et les moins vertes au monde. Alors que la capitale a longtemps repoussé la nature hors de ses murs, elle se rend compte de son caractère indispensable et se bat pour ouvrir ici et là de nouveaux chemins à la biodiversité.


Avec ses deux millions d'êtres urbains et seulement cinq mètres carrés d’espaces verts par habitant, Paris est l'une des villes les plus denses et les moins vertes au monde. Mais comme le souligne le paysagiste Gilles Clément, « ce n’est pas parce qu’on est dans un environnement minéral que la nature ne peut pas venir ». Alors que la capitale a longtemps repoussé la nature hors de ses murs, elle se rend compte aujourd’hui de son caractère indispensable. Mieux-être urbain, mais aussi restauration d'un lien social malmené : les effets sont multiples à hauteur de pavé, notamment pour résoudre le problème des îlots de chaleur. Il faut donc se battre pour ouvrir ici et là de nouveaux chemins à la biodiversité. C’est ce mouvement vert fait de petits pas, insufflé par des habitants, mais aussi des bâtisseurs, des penseurs, des scientifiques, que nous suivons dans un Paris en pleine mutation.

Par terre et sur les toits

L’écologue Philippe Clergeau est catégorique : « Une ligne d’arbre dans un boulevard baisse sa température de 3 degrés. Or, en réchauffement climatique, cela a des impacts gigantesques. » Traumatisée par la tragédie de la canicule en 2003, Paris s’est donc lancée dans un verdissement tous azimuts – par le haut y compris : 80 hectares de toits pourraient être prochainement végétalisés. La ville cherche aussi à sortir de son confinement, en se reconnectant aux immenses territoires naturels de sa région pour améliorer les chances de survie des espèces végétales et animales – et de la nôtre.

Commenter cet article