TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mardi 15 avril 2014 à 20 heures 50, le documentaire réalisé par Marcel Kolvenbach "Netwars - La guerre sur le Net".

Netwars---La-guerre-sur-le-Net.jpg

© Marcel Kolvenbach


À l’heure des automatisations et des mises en réseau, les infrastructures sont de plus en plus vulnérables à des cyberattaques. Pour protéger leurs intérêts, les États commencent à s’armer : la troisième guerre mondiale sera-t-elle informatique ?


Aujourd’hui, un individu muni d’un ordinateur portable peut causer plus de dégâts qu’une bombe ou une autre arme conventionnelle : c’est l’inquiétant constat que dresse Ian West, directeur du centre technique de la capacité de réaction aux incidents informatiques de l’Otan. Si de telles manœuvres restent méconnues du grand public, les États ont compris tout le potentiel militaire et stratégique du cyberespace, et la cybercourse aux armements a bel et bien commencé. Plusieurs pays ont déjà été victimes de cyberattaques, à des degrés d’intensité et de dommages plus ou moins importants.

Hackers rouges

Ce documentaire nous plonge dans les arcanes de cette guerre invisible, nous emmenant aux États-Unis, à la plus grande conférence de hackers au monde, où le chef de la NSA Keith Alexander a fait sensation ; en Israël aussi, chez des cyberarmuriers, ou même en Chine, à la rencontre des "hackers rouges", nationalistes qui déploient leur expertise contre les puissances occidentales. Si le combat est virtuel, quel risque courent les citoyens ? Les pires scénarios catastrophe en la matière relèvent-ils de la science-fiction ou ont-ils une chance de devenir réalité ? Certains hackers de génie sont capables de mener à bien ou déjouer des attaques avec une facilité inquiétante… Pour les grandes puissances, il s’agit de les avoir dans son camp. Ce documentaire fouillé dresse un état des lieux de la sécurité des réseaux informatiques, à l’échelle des États, et des solutions envisagées, dans une optique aussi bien offensive que défensive. Mais avec la militarisation croissante du cyberespace au prétexte de sécurité, que deviendront les exigences de neutralité et de protection des libertés individuelles sur Internet ?

Commenter cet article