TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, mardi 25 mars 2014 à 20 heures 50, le documebtaire réalisé par Yves Billy et Sylvain Roumette "Nourrir à tout prix".

Nourrir-a-tout-prix.jpg

© Yves Billy


Serons-nous capables de nourrir les 9 milliards d'individus qui peupleront la planète en 2050 ? Du Niger à l'Inde en passant par les États-Unis, un état des lieux scrupuleux des nouvelles logiques à l'oeuvre dans l'aide alimentaire, et une étude des options qui se dessinent pour l'avenir du monde agricole.


Chaque jour, la planète accueille près de 220 000 nouvelles bouches à nourrir alors que plus d'un milliard d'individus souffrent toujours de la faim. Parallèlement, les pays industrialisés, pourvoyeurs de l'aide alimentaire via les surplus, voient leurs réserves agricoles diminuer. Les recherches scientifiques de ces dernières années montrent néanmoins que la quantité importe moins que la qualité pour traiter les victimes de malnutrition aiguë ou chronique. Dans le sillage de la firme normande Nutriset, qui produit le Plumpy'Nut, référence des RUTF ("ready-to-use therapeutic food"), les grands groupes agroalimentaires commencent ainsi à investir le marché du nutritionnel en s'appuyant sur leurs réseaux de distribution en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud. De leur côté, dans la Silicon Valley, des start-up financées par les géants du numérique (Bill Gates, Google, Facebook…) élaborent des produits nutritionnels "high-tech" censés résoudre les problèmes alimentaires mondiaux. Mais si ces initiatives semblent plus adaptées aux besoins des populations, elles risquent d'aggraver la dépendance des pays du Sud vis-à-vis de solutions ponctuelles et de mettre en péril l'investissement dans les cultures vivrières…

Enjeu crucial

Agriculture biologique, aliments fortifiés, OGM; spéculation sur les terres arables, croissance démographique galopante… : du Niger à l'Inde en passant par les États-Unis, Yves Billy et Sylvain Roumette étudient les facteurs qui ont conduit à la redéfinition des paradigmes de l'aide alimentaire, et explorent les options qui se dessinent pour l'avenir du monde agricole. Alors que 72 % de la nourriture produite en 2013 provient des petites fermes, donnerons-nous les moyens aux paysans, soumis à la menace des expropriations, de développer les cultures vivrières ? Étayée par des chiffres édifiants et des témoignages d'experts, une enquête rigoureuse sur un enjeu crucial du XXIe siècle.

Commenter cet article