TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, jeudi 13 mars 2014 à 22 heures 40, le téléfilm réalisé par Caroline Huppert "Pour Djamila".

Pour-Djamila.jpg

© Aurélien Faidy/Barjac Production


Comment en pleine guerre d'Algérie, la jeune avocate Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir ont transformé la condamnation d'une militante du FLN en tribune pour l'indépendance. Un téléfilm historique émouvant de Caroline Huppert, avec Hafsia Herzi ("L’Apollonide – Souvenirs de la maison close") et Marina Hands ("Lady Chatterley").


10 février 1960. En pleine guerre d'Algérie, Djamila Boupacha, jeune militante du FLN de 22 ans, est arrêtée chez elle par l'armée française en compagnie de son père et de son beau-frère. Battue, brûlée et violée par les militaires, au bout d'un mois de détention elle avoue avoir posé une bombe dans un café d'Alger. Poursuivie pour acte de terrorisme par un tribunal militaire algérois, Djamila encourt la peine de mort. Venue de métropole pour la défendre, Gisèle Halimi, une jeune avocate parisienne, fonde un comité de soutien et parvient à mobiliser autour d'elle de nombreux intellectuels de renom, pour faire innocenter Djamila et alerter l'opinion publique sur la torture généralisée.

Récit fidèle

Caroline Huppert revient ici sur l'une des affaires les plus médiatisées de la guerre d'Algérie. L'arrestation brutale et le calvaire subi par Djamila Boupacha, le bras de fer engagé par Gisèle Halimi avec la justice pour relancer l'instruction, l'amnistie suite aux accords d'Évian ou encore l'enlèvement de Djamila par le FLN… : la cinéaste livre un récit fidèle de ce feuilleton judiciaire, transformé en véritable tribune pour l'indépendance algérienne par Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir. Dans la peau de la jeune Algérienne, Hafsia Herzi (L’Apollonide – Souvenirs de la maison close) tout en retenue donne la réplique à Marina Hands campant avec sobriété Gisèle Halimi, dont Caroline Huppert filme ici l'irrésistible ascension. Mais si la réalisatrice s'inspire de l'ouvrage écrit par la célèbre avocate en collaboration avec Simone de Beauvoir pour innocenter Djamila, elle évite soigneusement de se prononcer sur la culpabilité de la jeune militante, préférant souligner la détermination exemplaire de cette femme qui osa briser l'omerta en s'attaquant à une justice militaire inique. Un film historique émouvant, véritable réquisitoire contre des actes de torture que les autorités françaises n'ont à ce jour toujours pas reconnus.

Avec : Hafsia Herzi (Djamila Boupacha), Marina Hands (Gisèle Halimi), Dominique Reymond (Simone de Beauvoir)

Commenter cet article