TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, vendredi 04 avril 2014 à 22 heures 20, le documentaire réalisé par Sally Ingleton "Quand les océans deviennent acides".

Quand-les-oceans-deviennent-acides.jpg

© 360° Degree Films


Les océans absorbent environ un quart du dioxyde de carbone (CO2) de l'atmosphère mais les émissions de carbone en constante augmentation transforment la chimie de l'eau de mer. Dans des eaux sans cesse plus acides, les animaux marins ne peuvent plus constituer leurs squelettes et les coquilles indispensables à leur survie. Des chercheurs lancent un cri d’alarme.


Les océanographes du monde entier se mobilisent pour s’attaquer à l’un des problèmes environnementaux les plus urgents de notre planète : l’acidification des océans. Ces derniers absorbent environ un quart du dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère mais les émissions de carbone en constante augmentation transforment la chimie de l’eau de mer. Dans des eaux sans cesse plus acides, les animaux marins ne peuvent plus constituer leurs squelettes et les coquilles indispensables à leur survie. Des pôles aux tropiques, des milliers d’espèces sont en danger.

Des écosystèmes menacés

Récemment, une équipe scientifique a fait une découverte importante : au milieu de la magnifique barrière de corail de Papouasie-Nouvelle-Guinée se trouve un récif unique où des bulles de CO2 s’échappent du sol volcanique sous-marin. Afin de déterminer l’impact du changement des niveaux d’acidité sur les coraux, les chercheurs ont mis en place une série d’expériences. Mais les récifs coralliens ne sont pas les seuls écosystèmes menacés. Ce sont les mers polaires qui seront frappées en premier, et le plus violemment. Une autre équipe de chercheurs, spécialisés dans les écosystèmes et le climat en Antarctique, étudie l’effet de l’acidification des océans sur les ptéropodes ou les papillons des mers, principale source de nourriture de nombreux poissons. Lorsque les eaux marines atteignent le niveau d’acidité redouté, les papillons de mer disparaissent en à peine quarante-huit heures. Cela se produira-t-il pour d’autres espèces comme les krills, éléments essentiels de la chaîne alimentaire marine ?

Commenter cet article