TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 04 janvier 2014 à 13 heures 20, les documents "Bêtes de scènes" et "Jaipur, des Français au pays des pierres précieuses".

reportages-claire-chazal-tf1.jpg


Bêtes de scène

Un reportage de Sam Caro et Alexandra Barbot
Montage : Galaxie Presse (60 minutes)

Des tigres et des lions marchant ensemble sur les pattes arrière, des loups qui jouent la comédie, des chevaux affrontant un dragon... des blaireaux, des renardeaux et un sanglier " domestiqués " pour le cinéma..... Ces " bêtes de scène " nous étonnent et nous émeuvent grâce à des hommes et des femmes qui leur consacrent leur vie et leur passion. Roger Flack est le plus jeune dresseur de fauves d'Europe. Muriel Bec dresse les animaux sauvages dans son jardin. Mario Luraschi, amoureux inconditionnel des chevaux, les dresse et les monte depuis 50 ans pour le cinéma et la télévision.

reportages-betes-de-scene.jpg
Sur la piste du cirque, l'entraînement bat son plein. Mais pour le jeune homme, c'est un face à face au péril de sa vie. Roger Flack est le plus jeune dresseur de fauves d'Europe. Sa méthode ? La douceur et l'écoute de ses animaux. Depuis l'enfance, il " parle " fauve " pas question d'agressivité, dans leur tête ils nous considèrent comme un fauve ". Son grand-père et mentor veille sur lui comme un ange gardien. Dans la cage, tout peut arriver...

Muriel Bec est la seule femme dresseuse d'animaux sauvages en France. Sa spécialité : la faune française. Chez elle, c'est une véritable arche de Noé où s'ébattent renardeaux, blaireaux, sangliers et chamois. Elle les entraine tous les jours, pour le cinéma ou la télévision. " Il faut lire un animal comme on lit un livre. Il faut tourner les pages et ne pas se contenter du résumé ". Du sauvetage des renardeaux en forêt au tournage d'un chamois pour le cinéma, Muriel nous dévoile les secrets de son métier.

Mario Luraschi est le plus grand cascadeur équestre de sa génération. En cinquante ans, il a participé à plus de 400 films pour le cinéma et la télévision. Cette année, Mario s'est lancé dans un grand spectacle vivant prévu à Kaltenberg en Allemagne. Pour cet événement, il a deux grands défis : former ses chevaux à affronter un dragon cracheur de flammes et préparer son fils Marco, 12 ans. Mais pour Mario, le véritable héros de son spectacle est bien le cheval " car il vous rend roi ou gueux. "

Au fin fond de la Mongolie intérieure, au nord de la Chine, Jean-Jacques Annaud prépare son prochain film. Après l'ours et les tigres, place à l'ancien roi des steppes : le loup. Accompagné du dresseur écossais Andrew Simpson, ils ont réussi à mettre en scène une meute de loups sauvages. Le regard du réalisateur sur les dresseurs d'animaux pour le cinéma est le fruit d'une longue expérience " les dresseurs ressemblent à leurs animaux. Il s'opère un étrange phénomène de mimétisme entre l'homme et la bête. "


Jaïpur, des Français au pays des pierres précieuses
Un reportage de Dorothée Frénot et François Richard
Montage : Marielle Krouk(Les Films de la Chance)

Après les Maharadjahs, les touristes fortunés et hommes d'affaires occidentaux sont les nouveaux rois de Jaïpur, en Inde. Depuis quelques années, la capitale du Rajasthan est devenue le rendez-vous incontournable des Occidentaux. Plaque tournante du commerce de pierres précieuses, la ville attire les joailliers du monde entier. Mais Jaïpur, c'est aussi une ville connue pour son artisanat textile et ses bazars colorés, qui attire de nombreux créateurs et entrepreneurs. Une ville aux bâtiments roses et aux mille facettes qui a charmé bien des voyageurs français. Certains n'en sont jamais repartis.

reportages-jaipur.jpg
Cela fait dix-huit ans qu'Adeline Roussel, bijoutière parisienne a posé ses valises à Jaipur. Elle partage sa vie entre sa boutique à Saint-Germain-des-Prés et la capitale du Rajasthan, où elle s'installe pour élaborer ses nouvelles créations : bagues, colliers, parures. Car c'est ici qu'Adeline dessine et fait sertir ses bijoux. "C'est merveilleux ici, on travaille comme avant. Moi je préfère le travail à la main. J'ai trouvé mon bonheur dans cette ville ! ". Son QG à Jaipur, c'est le Gem Palace. " C'est le temple du bijou ! " : ce sont les bijoutiers des têtes couronnées du monde entier, et surtout des Maharadjahs, depuis huit générations. Cette bijouterie possède donc les meilleurs artisans de la ville : polisseurs de pierres précieuses et joailliers.

En quelques années, la Française a été adoptée par Jaipur ; d'autres ont adopté la ville aux carats. C'est le cas d'Hervé, venu pour la première fois dans la ville rose pour rendre visite à une amie. Il n'en est jamais reparti. Il a trouvé là-bas l'atmosphère idéale pour se consacrer à sa passion : la mosaïque. Autant dire que les pierres et les couleurs de Jaipur l'ont rapidement séduit. " Je ne pensais pas pouvoir travailler avec des pierres semi-précieuses à la base. Cela me permet d'avoir des couleurs magnifiques ". Hervé est aussi scénographe ; régulièrement, il dessine et fait fabriquer des costumes pour des compagnies de théâtre en France.Ici, il trouve des pièces de décors et des tissus bon marché, ainsi qu'une main d'oeuvre qualifiée.

Francis, la cinquantaine, a lui craqué pour la démesure des palais. Ce que Francis vient chercher à Jaipur, ce sont plutôt des nappes et des rideaux, fabriqués selon une technique traditionnelle du Rajasthan : les " blockprint ". Des impressions de tissus avec des tampons en bois. Car ce Français, installé depuis 43 ans en Inde, possède une trentaine d'hôtels dans tout le pays. Ce sont des anciens palais de Maharadjah qu'il a fait restaurer. Son dernier projet en date est encore en chantier : un fort gigantesque. Francis s'attèle à le meubler car un des trois bâtiments doit ouvrir aux visiteurs dans peu de temps. "Le but c'est de toujours coller le plus à un lieu, à la culture, à l'histoire : nous voulons que ce soit le plus authentique possible. Ici, nous sommes dans l'Histoire de l'Inde !".

Commenter cet article