TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 22 mars 2014 à 13 heures 20, les documents "Les amoureux du volcan", "Jeunes talents, la course à la médaille" et "Dans les yeux de Katia".

reportages-claire-chazal-tf1.jpg


LES AMOUREUX DU VOLCAN

Un reportage de Valentine Patry et Morgan Doux
Montage : Giuseppe Gravina (Est Info TV)

Le Piton de la Fournaise est l'un des volcans les plus actifs du monde. Pourtant, des Réunionnais vivent sur ses pentes et se sont adaptés à l'immensité et à l'hostilité des paysages. Vivre sur l'île de la Réunion, au milieu de 300 cratères, c'est le quotidien de Vincent, Mitza et Patrick.

reportages-les-amoureux-du-volcan.jpg
Vincent est guide sur le volcan. Il y a trois ans, cet auvergnat a choisi de s'installer à la Réunion pour partager sa passion pour la Fournaise. " Monter au sommet d'un volcan, c'est toujours quelque chose d'extraordinaire " déclare-t-il au bord du cratère. Il explore aussi les tunnels cachés sous les coulées de lave. Pour Rudy, son collègue créole, arpenter les galeries souterraines du volcan n'est pas naturel pour tous les réunionnais : " les anciens, quand ils nous voient entrer sous terre, sous le volcan de la Fournaise, ils nous disent qu'on va en enfer ".

Mitza, elle, craint le volcan. Il y a presque quarante ans, une violente éruption a détruit sa maison. A présent, elle vit encore au pied de la Fournaise, tout près du lieu du drame. A 76 ans, elle a pris du recul mais reste amère " Le volcan avait besoin d'une maison, il a pris le matériel. Il a pris beaucoup d'espoir, d'efforts, de sacrifices. Tout ça, en une seule nuit, c'est parti... ". Il ne reste plus rien de son ancien quartier à part l'église qui est encore debout dans la lave. Certains réunionnais y voient un miracle.

Patrick est agriculteur. Il a choisi d'apprivoiser chaque jour, les pentes fertiles de la Fournaise pour vivre des fruits du volcan. Il fait pousser, sur des pierres de lave, des fruits exotiques, des légumes et des épices. Chaque année, il produit plus d'une tonne de vanille au goût volcanique unique. " C'est grâce au volcan qu'on a pu réunir plein d'espèces mais aussi des populations sur l'île. C'est formidable, je dirais même que c'est une histoire d'amour entre le volcan et nous ".

Qu'il fascine ou qu'il inquiète, le Piton de la Fournaise transforme la vie des réunionnais. Ils ont su s'adapter au géant qui domine un sanctuaire inscrit au Patrimoine de l'humanité.


JEUNES TALENTS : LA COURSE A LA MEDAILLE
Un reportage de Virginie Tumorticchi, Franck Poirier & Thierry Rodon
Montage : Valérie Mérie (Galaxie Presse)

Ils sont jeunes, ils ont du talent... Marie, Lou et Enzo sont trois apprentis motivés. Marie dans la mécanique, Lou dans l'art floral et Enzo dans les arts de la table... Cette année, ils sont en compétition pour le concours des meilleurs apprentis de France. Avoir du talent, c'est une chose, mais il va leur falloir surmonter le trac pour remporter le titre très convoité de Meilleur Apprenti de France.

reportages-jeunes-talents-course-a-la-medaille.jpg
Comme le répète à chaque début de finale, le directeur de l'Association des Meilleurs Ouvriers de France : " C'est à vous de donner le meilleur de vous-même et de faire voir que vous faites partie de l'élite dans votre métier et dans l'apprentissage qui est le vôtre. Bon courage à vous. ". Passionné, Enzo consacre son temps libre à travailler en vue du concours" Le lundi, je préférerais être chez moi à me reposer, mais si je viens ici c'est que ça compte beaucoup pour moi. C'est un titre qu'on a. Si on peut le mettre sur le CV c'est un gros avantage pour tout le monde... "

Marie est la seule fille de sa classe de CAP mécanique automobile. Une position pas toujours évidente. " Les garçons, ils sont assez machos donc c'est un peu difficile de s'intégrer. Ne pas se laisser faire, ne pas se laisser marcher sur les pieds. Il faut avoir du caractère sinon c'est pas possible. " Du caractère et du talent, Marie l'a prouvé en se qualifiant pour la finale nationale du concours des meilleurs apprentis de France. " Marie a su montrer qu'elle était capable par son organisation du poste de travail, l'écoute des consignes... elle est très ordonnée, rusée, chose que les garçons ne savent pas faire. Elle a su montrer qu'elle était capable de s'intégrer dans ce milieu d'hommes. " Précise son professeur.

Passionnée de fleurs Lou y pense depuis sa plus tendre enfance. " C'est mon rêve de petite fille, ça m'est venu parce que chez ma mamie elle avait plein de fleurs et j'allais tout le temps tout lui piquer" nous apprend Lou. Aujourd'hui elle est apprentie chez un patron fleuriste lui-même Meilleur ouvrier de France, qui croit beaucoup à l'importance des concours. " Il y a des bons fleuristes français qui sont aux Etats-Unis, en Suisse, qui sont responsables de grosses structures. Pour évoluer dans notre métier faut aller voir les autres. Et les concours c'est se confronter aux autres, voir des gens. Et si vous êtes bons, vous vous faites repérer. Et là vous évoluez sans problèmes quoi. "

Enzo lui est poussé par son école mais également par ses parents, eux-mêmes restaurateurs. " Nous on est plutôt pizzeria, italiens, à servir des pâtes, s'il peut partir à l'étranger, c'est super! Nous confie son père. À quelques jours de la finale nationale toute la famille espère une victoire pour Enzo. " Je vais faire tout pour gagner, pour être plus fort que tout le monde " la rassure Enzo


DANS LES YEUX DE KATIA
Un reportage de Philippe Lafaix et Leslie Benzaquen (Réservoir Prod)

La France compte 1,7 millions de déficients visuels. Un handicap qui isole et transforme la vie quotidienne en parcours du combattant. Ce n'est pas le cas de Katia ! A 37 ans, elle décide de tenter l'ascension du Kilimandjaro. Nous l'avons accompagnée au bout de son rêve.

reportages-dans-les-yeux-de-katia.jpg
Sa force, Katia la tient de son histoire. Il y a 6 ans, son ex petit ami, lui tire une balle dans la tête pendant son sommeil " Quand on vous annonce que vous avez une balle dans la tête et que vous êtes aveugle, on a l'impression que le monde va s'arrêter de tourner ".Katia sort de ce drame avec le désir de profiter de chaque instant et surtout réaliser son rêve de toujours, monter à 5895 mètres d'altitude sur le sommet de l'Afrique, le Kilimandjaro. Irène, sa mère, sait à quel point ce défi compte et espère "qu'elle va réussir, ce sera une grande victoire sur son handicap. "

Katia s'envole pour la Tanzanie. Au programme 88 kilomètres de haute montagne, 6 jours de marche, pour atteindre le point culminant de l'Afrique et ses célèbres neiges éternelles. Dès les premiers pas dans la forêt équatoriale, les dificultés commencent " Ce n'est pas facile, les pieds partent dans tous les sens. Il faut vraiment se concentrer et même malgré ça, je me pète la tronche ! ". Pour la guider, Katia a " les yeux " d'Olivier Delmée, qui a accepté de l'accompagner dans cette aventure. Il sait que la réussite de Katia dépend beaucoup de lui " Il y a des enjeux, des attentes. J'aimerais que tout le monde arrive au sommet "

Dès 4000 mètres d'altitude, les conditions deviennent hostiles " On ressent le gel, le froid, le grésille qui fouette le visage, ce n'est pas facile. " Les heures de marches affaiblissent les corps et menacent l'expédition. Katia est à bout " Là j'ai envie d'arriver, j'en peux plus ". Mais Olivier ne la lâche pas " Il faut que tes jambes tiennent le coup. Allez Katia, on est presque arrivés ! "

Commenter cet article