TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 30 novembre 2013 à 13 heures 20, les documents "Les aventuriers de Shangri-La", "Psy... nos bêtes aussi " et "Dans les coulisses du Cirque du Soleil ".

reportages-claire-chazal-tf1.jpg


Les aventuriers de Shangri-La

Un reportage de Lily Eclimont. & Manuel Rambaud
Montage : Damien Pasinetti (Yemaya)

Pour beaucoup, " Shangri-la " est un nom synonyme de rêve et de mystère. Très peu savent cependant que c'est une bourgade du sud de la Chine, nichée à 3200 mètres d'altitude, aux portes du Tibet. C'est ici, selon les Chinois, que le " mythe de Shangri-la " aurait vu le jour il y a des siècles. Des milliers d'années plus tard, quelque huit millions de touristes débarquent chaque année dans les ruelles pavées de cette ville mythique. Parmi eux, trois Français : Constantin, Estelle et Sandra. Envoûtés par la magie du lieu, ils n'en sont jamais repartis.

reportages-aventuriers-de-shangri-la.jpg
Constantin de Slicewicz a quitté Toulon il y a 12 ans. A l'époque, il était étudiant en école de commerce. " Quand j'étais jeune, la chose qui m'a frappé, c'est d'arriver dans un pays pas du tout sclérosé, figé, comme nous en Europe ! Il y avait quelque chose de très motivant. C'était comme un bouchon de champagne ! Ce qui m'a plu, c'est cet optimisme que les Chinois et les Tibétains ont tous les jours de la vie ! " A Shangri-la, il organise des caravanes " à l'ancienne " pour les touristes. Des expéditions hors du temps accompagnées d'une vingtaine de chevaux, de muletiers tibétains et plus de deux tonnes de matériel. " Je me définirais comme une sorte de marginal, comme ceux qui ont existé au 19ème siècle qui sont partis sur d'autres continents et qui ont eu envie de créer un monde de rêves, un monde ailleurs. Ils ont voulu en quelque sorte planter leur drapeau sur d'autres terres qui n'était pas leur pays mais celles de leur coeur, sans être pour autant ni des colons, ni des explorateurs, ni des missionnaires. " Comme Constantin, Estelle Achard a trouvé à Shangri-la sa terre d'adoption. Dans un hameau de 17 maisons, cette Grenobloise de 51 ans a décidé de rénover une bâtisse traditionnelle en terre pour y accueillir des touristes. Elle fréquente cette région depuis vingt ans en vacances. " Moi, je suis tombée amoureuse de cette province avec toutes ces minorités et cette zone tibétaine mais je ne peux pas dire pourquoi ! " Avant cela, elle était architecte à Grenoble. Les travaux de restauration, elle connaît bien, mais au Tibet, chaque jour est une nouvelle aventure ... ! " On me demande toujours si je ne me sens pas seule mais je ne me sens jamais seule ! J'ai mes amis qui passent de tout le Yunnan, de la France et puis ici, c'est un petit hameau et les gens sont très solidaires. Dès que je me sens seule, je peux aller discuter, j'adore vivre ici ! "

La population locale a également séduit Sandra Haro, une jeune ingénieur de 23 ans. Dans une vallée voisine, cette franco-ghanéenne apprend aux fermiers tibétains à fabriquer de bons fromages. Cette initiative doit lui permettre de valider son diplôme d'ingénieur. " Le babeurre aujourd'hui n'est pas du tout utilisé et pourtant on pourrait en faire beaucoup de choses ! " explique Sandra. " Au lieu de le jeter ou de le donner aux porcs, on pourrait en faire un sous-produit du beurre et ils pourraient ainsi le vendre à terme alors qu'aujourd'hui, ils le jettent ! "


Psy... nos bêtes aussi
Un reportage de Philippe Pichon et Valérie Salvy (Octobre Production)

Les animaux peuvent, à un moment de leur vie, présenter des troubles du comportement. Hyperactivité, agressivité, peur, changements d'humeur, troubles obsessionnels compulsifs, dépressions liées à la solitude ou au vieillissement... des symptômes souvent proches de ceux des hommes. Chats, chiens, de plus en plus de maîtres désemparés conduisent leur compagnon " sur le divan " d'un vétérinaire spécialisé.

reportages-psy-nos-betes-aussi.jpg
Dans la clinique du Docteur Muller, Moon Boots est en observation. C'est une jeune chatte d'un an qui attaque ses maîtres " C'est assez traumatisant d'être avec son balai à essayer d'éviter le chat parce qu'il nous saute dessus." raconte Céline, sa maîtresse. " On s'est dit : soit on s'en débarrasse, soit on va voir un spécialiste qui pourra, peut-être, nous aider. " Le docteur Muller est un spécialiste des troubles du comportement des animaux. Pour lui, aucun doute, comme les humains, nos compagnons " peuvent être malades de leurs émotions ". La psychiatrie vétérinaire existe depuis plus d'un siècle, mais le mot est encore tabou " On entend des clients qui nous disent : il est gentil, il est joyeux etc. " poursuit le vétérinaire, " mais, inversement, quand on dit : s'il est malade de ses émotions on va le traiter pour ça, alors là, il y a un gros recul. On ne touche pas à ça... Prendre des psychotropes c'est très dangereux ! "

Chaque semaine, le docteur, reçoit quatre à cinq " patients " qui nécessitent des soins de psychiatrie animale, comme Ginka, une chienne anxieuse qui panique au moindre bruit. " Je lui transmets sans doute mes propres peurs " raconte Chantal sa maîtresse, " je devrais aller voir un psy moi aussi. " Il y a aussi Vegas, un chien de meute, qui ne supporte pas la solitude et détruit les portes de la maison pour rejoindre son maître lorsqu'il s'absente. Le montant des dégâts causés par Vegas atteint, tout de même, la somme de six mille euros ! " C'est un chien super " raconte José " mais au bout d'un moment, on finit par le détester ". Pilou, lui, est sous antidépresseurs. L'arrivée dans la famille d'Eïla - une jeune chienne d'un an - a fortement perturbé le vieux caniche. Eïla est hyperactive et Pilou ne la supporte plus. Alors il grogne du matin au soir et déprime à vue d'oeil. " Ça aboie, ça grogne, c'est infernal" raconte Michèle.

" Pour moi, ce qui est important, " conclut le vétérinaire, " c'est que maîtres et chiens puissent dire : ensemble, on a eu une belle vie ".


Dans les coulisses du Cirque du Soleil
Un reportage de Catherine Berthillier & Denis Benoît (Galaxie Presse)

Avec 15 millions de spectateurs chaque année, le cirque du Soleil est considéré par beaucoup comme le plus beau cirque au monde. Au siège social de Montréal, le département casting reçoit plus de 1200 candidatures chaque mois. Les critères de sélection sont draconiens pour intégrer la famille des 4500 artistes actuellement engagés sur vingt créations en tournée dans le monde entier. Pour comprendre les raisons de ce succès et découvrir les rouages de cette énorme machine, nous avons suivi pendant un an l'équipe artistique qui travaille sur le spectacle Corteo.

reportages-coulisses-cirque-du-soleil.jpg
Nous avons accompagné Marc André, " dépisteur " au Cirque du Soleil. Depuis trois ans, il est à la recherche d'un couple de lilliputiens. Au printemps dernier, il a enfin découvert Natalia et Shamil, deux perles rares repérées lors d'un casting à Moscou. Nous ne les avons pas quittés de Moscou à Paris pour leur première représentation, en passant par leur formation à Montréal. L'occasion de faire aussi connaissance avec d'autres artistes comme Sophie, chanteuse et nouvelle recrue, Alison, directrice artistique du spectacle depuis cinq ans et Yves, parti en quête de nouvelles têtes d'affiche au Festival d'Avignon.

Commenter cet article