TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 07 septembre 2013 à 13 heures 20, les documents "Les experts du travail au noir", "Système D pour nouvelles vies" et "Mafate : coupés du monde".

reportages-claire-chazal-tf1.jpg


LES EXPERTS DU TRAVAIL AU NOIR

Un reportage de Christine Lenief, Didier Barral, Mirsad Hajder et Jean-Michel Vennemani
Montage : Loïc Célarié (Story Box)

Chaque année en France, le travail au noir représente un manque à gagner pour l'Etat de quinze milliards d'euros. Une équipe de " Reportages " a accompagné pendant plusieurs mois sur le terrain et pendant leurs enquêtes les policiers et les gendarmes qui luttent contre ces délits.

Pendant plusieurs mois, les enquêteurs de l'OCLTI (l'Office Central de Lutte contre le Travail Illégal), créé par la Gendarmerie en 2005, se sont intéressés aux pratiques de plusieurs artisans couvreurs de la région parisienne. Le BTP est l'un des secteurs d'activité où la fraude au travail dissimulé est la plus répandue. Les quatorze artisans visés par l'enquête des gendarmes auraient détourné plus de 9 millions d'euros en trois ans. Ils ont tous un lien de famille, frère ou cousin, et vivent pour la plupart dans le même quartier. Leurs entreprises sont florissantes mais ces artisans ne déclarent rien, ni aux impôts, ni à l'URSSAF... Un manque à gagner pour la sécurité sociale et pour l'Etat.

Le directeur d'enquête, Frédéric Barrau, essaye par tous les moyens de matérialiser les fraudes pour les confondre : saisie des relevés de compte, planque sur les chantiers et à leur domicile... " Ces artisans-voyou, ils ont beaucoup gagné, mais ils vont beaucoup perdre, toutes ces voitures de luxe qu'ils ont pu s'acheter nous allons les saisir ". L'équipe de " Reportages " a pu filmer les moyens utilisés par l'OCLTI pour combattre cette fraude. Une immersion au coeur d'une enquête, avec à la clef plusieurs arrestations. Déférés au tribunal de Bobigny, les fraudeurs encourent une peine de prison de 3 ans pour travail dissimulé, de 10 ans pour blanchiment aggravé et de 5 ans pour escroquerie. En 2011, l'OCLTI a révélé une fraude de 33 millions d'euros.

Si toutes les affaires de fraudes au travail dissimulé sont centralisées à Arcueil, au siège de l'OCLTI, d'autres services de police spécialisés luttent également contre ces patrons indélicats. " L'UTILE 93 " situé à au commissariat de Bobigny a accepté pour la première fois la présence d'une caméra au cours de ses investigations. Ici, c'est souvent une lettre de dénonciation qui déclenche une enquête. Les policiers vérifient toutes les informations. Avec l'appui d'un enquêteur de l'Urssaf, ils organisent des descentes dans les entreprises qu'ils ont dans leur collimateur. Travailleurs étrangers sans titre de séjour ou sans droit de travailler sur le territoire français, travail dissimulé... Les infractions sont multiples.


SYSTEME D POUR NOUVELLES VIES
Un reportage de Flore Mongin, Clément Alline, Emmanuel Bach, Guillaume Barthélémy et Marie-Charlotte Antonini
Montage : Loïc Jaspard (T. Comiti Productions)

Changer de cap professionnel, repartir de zéro, changer de vie et de région... plus d'un Français sur trois se dit prêt à franchir le pas ! Mais travailler à son compte après des années de salariat, reprendre des études à 50 ans ou se battre pour obtenir un prêt n'ont rien d'une sinécure. Thierry, Karima, Isabelle et Patrick gagnaient bien leur vie jusqu'au jour où ils ont décidé de tout arrêter pour démarrer une nouvelle vie.

Thierry, 51 ans, est sorti d'HEC il y a près de 30 ans. Cadre dirigeant d'une grande entreprise américaine, il voit craquer les cadres de son équipe, assiste aux licenciements jusqu'au jour où, à son tour, il fait un " burn-out " : " On essaye de prendre sur soi... On a été formatés pour ça, pour être des gagnants, des leaders, mais là c'est moi qui me suis effondré... ". Un déclic pour Thierry. Il décide de tout lâcher pour vivre de sa passion : la cuisine. Des cours de cuisine et l'achat d'un restaurant juste en bas de chez lui... Le début d'une nouvelle vie et d'une tonne de galères.

Patrick était cadre dans la grande distribution alimentaire, Isabelle DRH dans une entreprise d'équipementiers automobiles de plus de 400 salariés. Les licenciements à la chaîne, un milieu qui ne leur disait plus rien. A 50 ans et des poussières, Isabelle et Patrick quittent une grande ville de l'Est de la France pour s'installer au coeur d'un petit village du Morbihan dont ils sont tombés amoureux... dans une boucherie-charcuterie-traiteur ! Comme le dit Patrick : " Isabelle est passée du plan social à la tranche de pâté ! ". Un crédit sur 10 ans et toutes leurs économies... Ils travaillent comme des fous mais ils ne regrettent rien.

Karima, 45 ans, ingénieure de formation, a laissé tomber son poste de chef de projet en informatique pour être plus présente auprès de sa fille : " Cela faisait un scandale quand j'allais chercher ma fille deux fois par semaine après l'étude... Apparemment on ne peut pas être maman et chef de projet en même temps ! Aujourd'hui je n'ai plus ce problème ! ". Et aussi pour l'amour des chapeaux ! Des revenus divisés par cinq et son CAP en poche, Karima est devenue une modiste heureuse.


MAFATE... COUPES DU MONDE
Un reportage de Mélanie Gallard, Arnaud Thomelin et Christophe Barreyre (Babel Press)

Perdus au coeur de l'île de la Réunion, 850 Français vivent loin de tout, éparpillés dans les hameaux reculés du cirque de Mafate, dans les paysages ciselés et majestueux d'un immense volcan effondré. Clément l'instituteur, Dominique l'infirmière ou Jimmy le restaurateur... Un voyage à la rencontre de ces Français coupés du monde.

Pour atteindre leurs maisons, perchées par grappes le long de pentes vertigineuses, il faut d'abord rouler... Rouler jusqu'à ce que la route disparaisse. Puis, il faut marcher... Marcher quatre, cinq ou six heures sur des sentiers escarpés qui sillonnent une nature intacte. Dans le cirque de Mafate et ses falaises verdoyantes, il n'y a ni route, ni ligne électrique, ni ligne téléphonique. Les habitants ne se déplacent qu'à pied.

Chaque lundi matin, avec son épouse et son bébé, Clément l'instituteur de Mafate se lance dans une longue randonnée pour rejoindre sa salle de classe. Logé avec sa famille dans une "maisonnette" de fonction, il n'y passe que la semaine. Ses élèves, de la maternelle au CM2, viennent eux aussi à pied à l'école, devant parfois marcher plus d'une heure chaque matin et chaque soir.

Dominique, " l'infirmière en baskets ", parcourt à pied tout le cirque de Mafate pour rendre visite à ses patients. L'infirmière-randonneuse représente pour la plupart des habitants le seul lien. Elle prend soin d'Antoinette, mère de 17 enfants, ou de Claude, qui vit seul dans une maison minuscule à une heure et demie de marche de la première maison.

Pendant ce temps, dans le hameau le plus élevé de Mafate, à 1600 mètres d'altitude, Jimmy fait la cuisine pour les clients de son gîte, l'un des plus fréquenté du cirque. Chaque année, 100 000 randonneurs sillonnent les sentiers escarpés de l'ancien volcan. Le soir, au gite de Jimmy, c'est la fête.

Commenter cet article