TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 12 octobre 2013 à 13 heures 20, les documents "Tour du monde en famille" et "Chéri, les enfants sont revenus !".

reportages-claire-chazal-tf1.jpg


TOUR DU MONDE EN FAMILLE

Un reportage de Loraine Canayer et Mélanie Gallard (Babel Press)

Ils sont les nouveaux aventuriers, ils ont quitté emploi, maison, et confort pour prendre la route pendant plusieurs mois, parfois un an ou plus. Chaque année, 5000 Français larguent les amarres, et ils sont de plus en plus nombreux à oser le faire avec femme et enfants. Pendant une année, l'équipe de Babel Press a suivi le périple de deux familles à travers l'Europe et l'Asie. Entre grosses galères et belles rencontres, paysages magnifiques et zones à haut risque, la vie de ces globe-trotters est pleine de surprises.

La famille Bringel n'a pas froid aux yeux : Thierry le père, ingénieur, a joué les bricoleurs pendant cinq ans pour transformer un vieux car de CRS en hôtel nomade 5 étoiles. Son rêve : partir sur les routes du monde pendant un an avec sa femme, Sylvie, aide-soignante, et leurs trois filles, de 4, 6 et 11 ans. Avant de quitter la France, toute la famille s'est réunie dans la maison des grands-parents à Bourbach-le-bas en Alsace. La mère de Thierry verse sa petite larme : " Partir une année, c'est quand même terrible pour les grands-parents. Je peux plus parler " lâche-t-elle, tremblante d'émotion. Mais quand le camping-car s'élance, Sylvie affiche un large sourire : " Ça y est, le rêve devient réalité ! ". Un mois plus tard, les voilà pris sous un déluge en Turquie, puis rayonnants en Iran, Lola, l'ainée, n'en revient pas : " Les gens sont tellement gentils ici ! ". Thierry, passionné de parapente sort sa voile dès qu'il le peut au grand étonnement des autochtones, et il se sent bien : " On a mis deux semaines à oublier ce qui est derrière nous, le boulot, l'efficience, la performance, la productivité... Maintenant c'est fini tout ça. Ce qui m'angoisse, c'est qu'on a qu'un an ! ". Mais le voyage n'est pas toujours de tout repos, parcourir le monde sur les routes est parfois dangereux : pour rejoindre l'Inde, la seule solution est de traverser le Pakistan. Au volant, pour la première fois depuis son départ, Thierry est inquiet.

Christine Alessandrini est une " mère courage " des temps modernes. Cette ancienne hôtesse de l'air, séparée du père de ses enfants, a décidé de partir avec Julie, 12 ans et Thomas, 9 ans. Elle est seule à conduire, à suivre la scolarité des enfants, à leur remonter le moral quand leur " vie d'avant " leur manque. Comme à Oman, dans le détroit d'Ormuz, où, embarqués sur un boutre, ils admirent les dauphins. " Je me sens comme je voulais me sentir. Savoir prendre le temps, s'ouvrir aux autres, ça fait du bien. J'ai l'impression que plus on reste chez soi, plus on se renferme. C'est comme un grand bol d'air ! ". Mais pour les enfants, la coupure n'est pas toujours facile à vivre. Thomas, sur une plage de Dubaï, après quatre mois de vie nomade: " Y'a des trucs qui me manquent comme papa, les copains, la nourriture française. Parfois, je regrette un peu ". Mais à Angkor, sa mère reprend " du galon " " Elle est courageuse ma mère. Beaucoup de familles voudraient faire ça, mais elle, elle l'a fait. Elle nous écoute beaucoup, alors on la suit, et finalement, je suis content ! ".

Les deux familles se croiseront à Bangkok en Thaïlande. Et après 30 000 kilomètres et plus de 30 pays traversés, elles retrouveront leurs pénates... " C'est sûr, on va repartir ! " dit Sylvie. Même Lola, qui a fêté ses 12 ans en Inde, le reconnaît : " On n'est plus comme avant. On a vu tellement de choses, on n'a plus peur des autres ". Julie et Thomas ont retrouvé avec joie leur chambre et leur univers, et Christine reprend doucement sa vie française, avec, elle aussi, l'envie de repartir un jour : " J'ai peur de perdre du temps, de me refaire happer par les habitudes et que dix ans se passent sans que je m'en aperçoive. "


CHERI, LES ENFANTS SONT REVENUS !
Un reportage d'Anne Mourgues, Anatole Toulouzan, Julie Ledru
Montage : Anne Marty (Les Productions du Moment)

Ils ont un jour quitté le nid familial... pour y revenir, quelques mois ou quelques années plus tard. Perte d'emploi, loyer trop cher, divorce ou séparation, et puis la crise économique est passée par là. Alison, Perrine et Edouard sont les enfants de ce qu'on appelle la " génération-boomerang ". Après avoir vécu " chez eux ", ils rentrent chez papa et maman, leur cocon, à la fois douillet et piquant...

A vingt-cinq ans, Alison est revenue vivre, à la campagne, chez sa maman. Le retour dans la maison familiale est alors semé de petits bonheurs mais aussi de chamailleries incessantes, l'impression, parfois, de retomber en enfance. " C'est comme si je redevenais petite fille. Ma mère, elle fait tout pour moi, à ma place. Au début, c'est plaisant, mais, très vite, ça devient pesant, alors, je me rebelle ! " Sa mère est ravie de retrouver de nouveau sous son aile tous ses poussins... " Quand Alison, ses frères et soeurs, sont tous là, à la maison, je peux enfin dormir tranquille, je sais qu'il ne leur arrivera rien, je les protège, ce sont encore mes bébés... "

Après quatre mois seulement d'indépendance, Edouard se découvre trop jeune pour vivre loin de papa-maman. A son retour, il se promet d'utiliser cette expérience pour mûrir et devenir adulte et embarque toute sa famille dans un projet professionnel ambitieux " Réussir, ce serait une belle fierté, une revanche sur le passé. Je serais vraiment heureux, fier de transformer cet échec en succès... "

Perrine, quant à elle, est revenue habiter chez ses parents, avec Emmanuel, son compagnon depuis huit ans. Perrine et Emmanuel sont tous les deux sans travail. Dans la maison vivent déjà cinq personnes et seul le papa de Perrine travaille. " C'est gênant, comme on n'a pas d'argent, on doit demander à maman pour tout " La maman de Perrine a été jusqu'à renoncer à son travail pour s'occuper des six personnes désormais sous son aile. Son choix s'est imposé à elle comme une évidence " Si on n'était pas là, où est-ce qu'ils seraient tous les deux ? Sous les ponts ? Je ne peux pas me dire qu'un de mes enfants vit sous les ponts. Ce n'est pas possible, je préfère encore me priver sur tout. "

Ces jeunes rêvent-ils de reprendre au plus vite une vie d'adulte ? Alison se pose la question : " Après un an et demi chez maman, je ne sais plus trop si j'ai envie ou pas de voler de mes propres ailes, je commence à bien m'encroûter dans ma nouvelle vie... "

Commenter cet article

jc baland 14/12/2014 16:35

apres avoir vue ce reportage ,je tenais à féliciter Christine qu'elle courage de partir avec ces 2 enfants au volant de ce camping car......!bravo....JClaude