TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 1er mars 2014 à 13 heures 20, les documents "Travaux... petites joies et grosses galères", "Plongée sur l'île aux requins" et "Toqués de Chine".

reportages-claire-chazal-tf1.jpg


Travaux... petites joies et grosses galères

Un reportage d'Andrea Riedinger et Dominique Lecomte
Montage : Gérard Lemoine (P. Spica Productions)


Etre propriétaire d'une maison individuelle, c'est le rêve de 74% des Français. Pour y parvenir, certains n'hésitent pas à se lancer seuls dans la construction ou dans la rénovation de leur maison. D'autres ont recours à un entrepreneur. Les travaux : une aventure souvent périlleuse, semée d'embûches, d'imprévus, d'angoisses et parfois de bonnes surprises. Ce reportage suit pas à pas le parcours du combattant de trois familles lors de leurs travaux.

reportages-travaux-petites-joies-grosses-galeres.jpg
Dans l'arrière-pays niçois, Hélène se lance seule dans la restauration de sa maison de famille, une vieille bâtisse auquel elle tient plus que tout " j'y pense la nuit, le jour, je réfléchis, je vais faire ça, je vais défaire, je vais démonter, remonter, j'ai des idées... ". Enduit, peinture, plancher, ponçage, c'est la première fois que cette cadre hospitalière de 52 ans se lance sans filet dans la rénovation et parfois, elle est au bout du rouleau " c'est complètement stressant, je vais faire une crise cardiaque là ".

En Seine et Marne, un jeune couple, Marc et Caroline, vit l'enfer à cause de ses travaux. Ils ont fait appel à un entrepreneur. Le résultat est catastrophique : une maison truffée de malfaçons et inhabitable " On voit bien comment le boulot a été fait, le mur du fond, il n'est pas étanche, il prend la flotte...j'ai tout qui est pourri, j'ai tout qui s'effondre ". Marc et Caroline ont investi tous leurs moyens dans ces travaux, ils ont tout perdu " J'ai foutu 80 000 euros à la poubelle, et c'est un autre qui en profite...je me suis fait casser les pattes arrière ". Aujourd'hui, à court d'argent, ils doivent habiter dans une caravane de 7 mètres carrés avec leur fils de 9 mois, juste en face de ce qui aurait dû être la maison de leurs rêves...

A Orléans, Emilie et Emmanuel, de jeunes parents, ont décidé de faire construire une maison en bois très design " c'est le projet de notre vie, un emprunt pendant 25 ans...c'est notre bébé ". Mais là encore, leurs travaux ont tourné au vinaigre à cause d'artisans peu scrupuleux " c'est de la rage, c'est de la haine, un sentiment complet d'injustice...on s'est fait avoir ". Mais Emilie et Emmanuel décident de se battre pour faire aboutir leur projet.

Rénovations ratées, malfaçons, chantier abandonné, 2000 personnes font appel à la justice chaque mois pour des problèmes de travaux. Soit près de 25 000 dossiers par an.


Plongée sur l'île aux requins
Un reportage de Jean-François Le Cam, Éric Lemasson, Alexandre Gosselet Image. David Foquin, Didier Allory. Montage. Alexandre Gosselet (Les Productions du Moment)

On la surnomme "l'île aux requins". La plus belle île du monde, a dit un jour le commandant Cousteau. L'île Cocos, au large du Costa Rica, en Amérique centrale, est un site unique. C'est là qu'un groupe de plongeurs venus de France, a décidé de passer ce qu'ils appellent des vacances, un voyage qui ressemble à une vraie expédition. Ils ne sont ni des aventuriers, ni des professionnels, mais de simples amateurs, entraînés par leur passion au milieu de l'Océan Pacifique, cernés par les requins.

reportages-plongee-sur-lile-aux-requins.jpg
Cette aventure est-elle accessible à monsieur et madame Tout le Monde, ou faut-il être casse-cou ? Laetitia, 32 ans, commerciale spécialisée dans la prothèse médicale, tente la comparaison avec la chirurgie : " La chirurgie c'est une science exacte, on ne fait pas n'importe quoi, la plongée c'est pareil, on ne fait pas n'importe quoi.". Vanessa a connu son baptême de plongée il y a deux ans seulement, c'est la moins expérimentée du groupe et sa dernière sortie en Méditerranée s'est mal passée, avec une combinaison " trop serrée, trop petite".

Le monde que Laetitia et Vanessa vont découvrir est une île déserte, ancien repaire de pirates où accostent quelques rares équipages avides de sensations fortes. Le groupe de plongeurs venu de France va y séjourner dix jours. Philippe, autre participant, est émerveillé malgré les vingt heures d'avion et les trente-six heures de navigation pour atteindre le " spot ". " On se sent vraiment au bout du monde, on a l'impression que Dieu a créé la terre pour cet endroit ". Carlos, l'instructeur, connaît les fonds par coeur. Lors du premier briefing, il répète méthodiquement aux plongeurs français les essentiels de la plongée : " Les fonds sont très beaux et parfois on voit des requins tigres dès la première plongée. Alors restez bien tous groupés."

Requins pointes blanches, requins marteaux, requins tigres, les eaux autour de l'île Cocos sont une immense réserve naturelle classée par l'Unesco, un des rares endroits au monde où le requin est protégé. Cette île du Pacifique mérite son surnom, l'île aux requins. " C'est magique, quelle chance d'être là, quelle chance de vivre un truc pareil ", s'exclame Vanessa. Et Philippe poursuit : " on a vu arriver un, deux, dix, cinquante requins marteaux, un banc entier regroupé pour la période de la reproduction. C'est un défilé, devant vous, au-dessus de vous, je suis avec eux ". Et pour autant, aucun des plongeurs du groupe ne se sent alors en danger.

La rencontre avec un requin baleine, le plus grand poisson de la planète (il peut dépasser dix mètres de longueur et peser plus de dix tonnes !) est un moment intense de leur séjour. "Vanessa en pleurait d'émotion ", nous raconte Philippe. La plongée de nuit est un autre moment fort. Car, lorsque le soleil disparaît, les fonds marins s'éveillent, c'est l'heure où les prédateurs se mettent en chasse. " Les consignes sont de bien rester en binôme, jamais seul, ne pas s'attarder en surface parce que les requins attaquent ". Mais Carlos, l'instructeur, ne semble pas inquiet. En vingt ans, les requins n'ont jamais attaqué. Pour ces amateurs de plongée, dix jours à nager au milieu des requins, à Cocos Island, est un frisson inoubliable.


Toqués de Chine
Un reportage de Lily Eclimont, Manuel Rambaud, François Cauwel
Montage : Mathias Lavergne (Hikari Films)

Gourmets, les Chinois mangent tout ce qui a des ailes ou des pieds, sauf les chaises et les avions, disent-ils d'eux-mêmes en riant ! Trois chefs français se sont lancés à l'assaut des cuisines de l'Empire du Milieu. Pâté en croute contre pâté impérial, canard laqué contre roastbeef aux herbes de Provence, petite soupe matinale contre croissant au beurre. Ces toqués-là veulent gagner leurs étoiles en Chine.

reportages-toques-de-chine.jpg
Daniel Boulud, chef multi-étoilé, a été l'un des premiers à se lancer, pour faire découvrir aux Chinois la gastronomie française : son restaurant pékinois est vite devenu une table très courue, mais il est obligé de se surpasser tous les jours, pour attirer ses clients aisés. Agneau braisé aux herbes de Provence, maquereaux poêlés aux raisins et aux pignons. Quand il a quelques heures de libre, le chef traverse tout Pékin pour la cuisine de Monsieur Wang, le roi du canard laqué.

Dans une autre vie, Francis Moulis était huissier de justice. Depuis sept ans, à Shanghaï, Francis propose pâtisseries et viennoiseries françaises " les habitudes changent. Ils laissent tomber le petit déjeuner traditionnel chinois pour les croissants, les pains au chocolat. On croit vraiment qu'on a un avenir en Chine ! " Malgré des journées harassantes, le boulanger de Shangaï est un homme heureux et le moment qu'il préfère c'est son rendez-vous du soir " à partir de 19h45 on fait des réductions " qui attirent les gourmands, souvent âgés et modestes de son quartier.

Christophe Dufossé, chef d'un restaurant une étoile en Lorraine, a décidé de créer un établissement de luxe à Chengdu, modeste bourgade de 12 millions d'habitants, en plein coeur de la Chine... un rêve d'étoile qui tourne souvent au cauchemar, retard dans les travaux, choc culturel... Plus d'un an pour que le chantier se transforme en grand restaurant.

Commenter cet article

marc 30/05/2015 14:21

je suis MARC du reportage de tf1 je tiens a informer le publique après 8 ans de procédure que la cour de cassation a estimé que l'entrepreneur étais bien coupable d'escroquerie a la fausse entreprise mais que les malfaçons estimées a plus de 100000 euros ne faisait pas partie de l'escroquerie. l'entrepreneur a été condamné a nous verser 38000 euros . nous avons perdu 8 ans, 80 000 euros de travaux, 20 000 euros de frais de justice, et 100 000 euros pour réparer ces conneries, 25 ans de crédit pour ne pas avoir de maison.Par le fait même escroquer nous avons perdu les 3 procès. MERCI LA FRANCE