TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, lundi 11 novembre 2013 à 22 heures 25, le film réalisé par Joel Coen "Sang pour sang".

Sang-pour-sang.jpg

© 1984 River Road Productions


Lorsqu'il découvre que sa femme le trompe, le mari, fou de jalousie, décide d'engager un privé pour tuer les amants. Mais le détective a une meilleure idée... Le premier film des frères Coen, un hommage musclé au film noir. Avec l'actrice fétiche des cinéastes, Frances McDormand.


Abby est mariée avec Julian Marty, propriétaire d’un bar, mais elle ne le supporte plus et décide de prendre l’air. Elle se fait accompagner par Ray, un employé de Julian qui lui déclare sa flamme. Les amants passent la nuit dans un motel, sans se douter que dehors, Visser, le détective privé engagé par le mari, les prend en photos. Fou de jalousie, Marty décide de payer Visser pour qu’il tue les amants, mais le détective a une meilleure idée…

Délectation

La grande originalité des frères Coen est de ne pas tomber dans le piège de l’imitation des classiques du film noir. Tandis que la misogynie gouvernait romans et films noirs des années 1940 et 1950, grâce aux personnages de garce immortalisés par Ava Gardner dans Les tueurs ou Barbara Stanwick dans Assurance sur la mort, Abby (interprétée par l’actrice fétiche des Coen, Frances McDormand) est de loin le personnage le plus équilibré et le plus intelligent du film, une caractéristique que les frangins reprendront dans Fargo. Ce ne sont plus les amants diaboliques qui décident de se débarrasser du mari gênant, mais l’inverse. L’inversion, une des clés de l’œuvre des frères Coen, est ici présente au carré, puisque l’amant innocent se verra tout de même contraint d’enterrer et d’achever son rival. Avec une délectation souvent très efficace, les cinéastes grossissent certaines composantes du polar qui deviendront les caractéristiques élémentaires de leurs personnages à venir : la bêtise, la maladresse et la malchance.

Avec : John Getz, Frances McDormand, Dan Hedaya, Samm-Art Williams, M. Emmet Walsh, Deborah Neumann

Commenter cet article