TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, à partir du 1er février 2014, chaque samedi, la série documentaire "Super-héros : l'éternel combat".

Super-heros-l-eternel-combat.jpg

© DC Comics


Soixante-quinze ans d'histoire américaine vus à travers l'épopée de l'industrie des comics et de ses super-héros.


Samedi 1er février 2014 à 22 heures 35 - Vérité, justice et modèle américain

En juin 1938, Superman fait sa première apparition dans la revue Action comics. D'abord cantonné aux pages des journaux généralistes, le héros imaginé par les dessinateurs Jerry Siegel et Joe Shuster connaît d'emblée un immense succès et définit les codes d'un nouveau genre de la bande dessinée : les comics, qui s'imposent bientôt comme le mètre étalon de l'industrie de la BD aux États-Unis. Une aubaine, dans l'Amérique de la Grande Dépression, pour une nouvelle génération de dessinateurs, fils d'immigrés juifs des ghettos de New York pour la plupart, qui imaginent ces nouveaux personnages dotés de superpouvoirs. En 1939, Bob Kane crée Batman avant que Joe Simon et Jack Kirby ne donnent vie au très patriotique Captain America en 1941, au moment où les États-Unis entrent en guerre avec le Japon. Les super-héros deviennent alors un instrument de propagande au service de l'effort de guerre: Captain America étend Hitler d'un direct du droit en couverture et Wonderwoman exalte le rôle des femmes américaines à l'arrière du front. À la sortie du second conflit mondial, l'Amérique et ses super-héros sont au zénith de leur puissance. Mais en dépit de cette aura, justiciers et vengeurs masqués s'attirent bientôt les foudres des parlementaires mccarthystes et des puritains les plus fervents. Leurs aventures jugées trop violentes font l'objet d'une censure de la Comics code authority, à laquelle l'industrie se pliera jusque dans les années 1980, et qui conduira parfois même à des autodafés de plusieurs centaines d'exemplaires. Mais l'escalade de la Guerre froide et la peur de la menace nucléaire vont permettre aux super-héros de réaffirmer leur rôle de défenseurs du modèle américain et à l'industrie des comics de connaître un nouvel âge d'or à partir des années 1960.


Samedi 08 février 2014 à 22 heures 20 - À grand pouvoir, grandes responsabilités

Après avoir failli disparaître dans les années 1950, l'industrie des comics retrouve un second souffle grâce à l'éditeur Marvel au début des sixties. Pour contrer l'hégémonie du rival DC Comics, le rédacteur en chef Stan Lee imagine de nouveaux super-héros plus proches de ses lecteurs. Avec les Quatre Fantastiques, Hulk et, surtout, Spiderman, les dessinateurs de Marvel font descendre ces héros de leur piédestal et leur attribuent des faiblesses jusque-là réservées au commun des mortels. Le succès est immédiat et oblige DC Comics à remettre ses personnages vedettes au goût du jour. Les super-héros deviennent alors des icônes dont s'emparent notamment les artistes du pop art, auquel la kitschissime série télévisée des aventures de Batman et Robin, phénomène de l'Amérique des années 1960, multiplie les références. Mais l'assassinat de Kennedy, la guerre du Viêtnam ou le scandale du Watergate font basculer les aventures des héros de comics dans un univers plus sombre, reflet d'une société américaine en proie à de nombreuses désillusions. Jusqu'alors cantonnés au rôle de justiciers et de patriotes, ils n'hésitent plus à remettre en cause la probité des dirigeants ou à relayer les causes progressistes, s'affranchissant de la censure de la Comics Code Authority. Héroïne d'une série télévisée, Wonderwoman devient le porte-étendard des féministes et les premiers super-héros de couleur (La Panthère noire, Luke Cage) font leur apparition. Dans les seventies, une vague d'antihéros plus violents débarquent dans les cases de Marvel, et, à l'image du Punisher, s'érigent en redresseurs de torts dans une Amérique minée par la criminalité. Mais à l'orée des années 1980, les ventes s'effondrent. L'industrie ne devra son salut qu'à une nouvelle génération de dessinateurs et à des adaptations cinématographiques toujours plus spectaculaires.


Samedi 15 février 2014 à 22 heures 20 - Tous des héros ?

En 1978, Christopher Reeve revêt le costume de Superman pour le premier succès mondial d'un film de super-héros sur grand écran. Les progrès des effets spéciaux permettent de réaliser des adaptations cinématographiques toujours plus crédibles et achèvent de faire basculer les personnages dans un univers plus proche du monde réel. Pour faire face à la chute libre des ventes de comics dans les années 1980, et conscients du vieillissement de leur lectorat, les éditeurs décident de faire appel à une nouvelle génération de dessinateurs pour rendre leurs héros plus matures, et parfois plus violents. En 1986 DC Comics publie la série The dark knight dans laquelle Frank Miller met en scène un Batman plus adulte, renouant avec la noirceur de la bande dessinée originelle. La même année l'éditeur lance les aventures des Watchmen, gang d'antihéros évoluant dans une Amérique décadente imaginée par Alan Moore. Du côté de Marvel, Todd McFarlane remet au goût du jour les aventures de Spiderman et Jim Lee redessine les X-Men. Lancé en 1991 le premier numéro du magazine spécialement dédié aux aventures de l'équipe de mutants sera le plus vendu de l'histoire des comics. Mais le manque de reconnaissance de Marvel pousse ses jeunes talents à fonder leur propre maison d'édition baptisée Image comics et à créer de nouveaux personnages charismatiques à l'image de Spawn. Le nouveau venu taille très vite des croupières aux deux géants, obligeant DC Comics à réagir avec un numéro spécial mettant en scène la mort de Superman. Cette lutte acharnée à coups de numéros collector booste un temps les ventes avant un nouvel effondrement dans le courant des années 1990. Mais dans une Amérique traumatisée par le drame du 11-Septembre, l'industrie des comics retrouve un second souffle. Délaissant peu à peu la bande dessinée, DC Comics et Marvel font depuis fructifier leurs licences avec des produits dérivés, des adaptations cinématographiques et des jeux vidéo sans cesse plus spectaculaires, pour séduire le grand public dans le monde entier.


Hérauts de l'oncle Sam

Au moyen d'interviews d'historiens de la bande dessinée et de témoignages des plus célèbres dessinateurs de comics, Michael Kantor retrace les évolutions d'une industrie dont les héros accompagnent depuis leur création les soubresauts de l'histoire des États-Unis. Autant de personnages devenus des mythes de la culture populaire outre Atlantique, et dont le documentariste se sert ici comme de miroirs pour mettre en lumière les mutations de la société américaine depuis les années 1930. Un film éclairant sur le rôle joué par ces hérauts de l'American way of life et de la superpuissance de l'Oncle Sam, qui ont fait des comics une industrie multimilliardaire diffusée dans le monde entier.

Commenter cet article