TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, lundi 12 mai 2014 à 20 heures 50, le film réalisé par Jane Campion "Un ange à ma table".

Un-ange-a-ma-table.jpg

© Pandora Film GmbH & Co


Née dans un village perdu de Nouvelle-Zélande, Janet Frame est une petite fille timide. Ses premières années sont marquées par l’épilepsie de son frère et la noyade de sa soeur. Mais elle a un rêve : devenir écrivain. Une extraordinaire évocation de l'enfance, de la féminité, de la solitude et de l'art. Porté par trois merveilleuses actrices, le film qui a révélé au monde le talent de Jane Campion.


Née dans un village perdu au milieu des collines de Nouvelle-Zélande, Janet Frame est une petite fille timide. Ses premières années sont marquées par l’épilepsie de son frère et la noyade de sa sœur aînée. Mais elle possède une énorme soif de savoir et un rêve : devenir écrivain. Convaincue d’être banale et peu attirante, elle se réfugie dans le monde de la poésie. À l'âge adulte, elle est diagnostiquée schizophrène après une tentative de suicide et soumise aux traitements inhumains de la psychiatrie de son temps. Seul le fait d’écrire la sauve d’une lobotomie expérimentale. Elle quitte l’hôpital au bout de huit ans et, avec l’aide de Frank Sargeson, un écrivain excentrique, elle commence à écrire son premier roman…

La légende de l’écrivain fou

“Quand je lisais Un ange à ma table, j’étais étonnée qu’une façon d’écrire tellement simple, presque naïve, puisse m’impliquer au point de me faire rire et pleurer. Mais quand j’ai connu personnellement l’auteur, je me suis rendu compte que cela était tout à fait plausible. Cette simplicité fascinante que le livre dégage n’est pas fortuite mais délibérément construite, parce que, à l’extraordinaire personnalité de Janet Frame, à sa fraîcheur enfantine, s’ajoute un esprit profondément aigu. En tant que Néo- Zélandaise, j’ai grandi en lisant tous ses romans et je savais qu’on la considérait comme ‘l’écrivain fou’ de Nouvelle-Zélande. On parlait de sa présumée schizophrénie et beaucoup étaient convaincus que cette maladie mentale était sa source d’inspiration. Mais ses douloureuses et véridiques autobiographies ont balayé cette légende et, après avoir lu les trois volumes, j’ai ressenti le besoin de faire connaître Janet et son style d’écriture le plus largement possible.” (Jane Campion)

Avec : Kerry Fox, Alexia Keogh, Karen Furgusson, Iris Churn, Kevin J. Wilson, Melina Bernecker

Commenter cet article