TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, vendredi 04 octobre 2013 à 20 heures 50, le film réalisé par Santiago Amigorena "Violences".

Violences.jpg

© Pablo Ramos


Après l'assassinat de son compagnon et de son petit garçon, Marie, flic à Toronto, traque le meurtrier. Au coeur des étendues désertiques de l'Argentine, l'émouvante quête d'une femme, incarnée avec force et nerfs par Marie-Josée Croze.


Marie est policière à Toronto. Un soir, son compagnon et son fils sont assassinés alors qu'ils se rendent à un match. Après une période de prostration, Marie se met à traquer le meurtrier. Grâce à ses contacts dans la mafia, pour laquelle elle a travaillé au cours d'une première vie moins "sage", elle retrouve vite la trace de celui-ci. Il s'agit de Pablito, le neveu de Pablo Molina, parrain argentin qu'elle a arrêté il y a peu. Marie part en Argentine, pour coincer Pablito…

Sobriété

C'est après un voyage dans un Beyrouth à peine remis de la guerre, où il était venu présenter son premier long métrage Quelques jours en septembre que Santiago Amigorena a ressenti l'envie de raconter "une histoire de pardon". Fragile silhouette dans les étendues splendides et arides de l'Argentine, Marie, incarnée avec force et nerfs par Marie-Josée Croze, tente d'assouvir sa soif de vengeance, seul projet qui la tient debout. À l'image du meurtre du début filmé à distance, sans effusion de sang, et de son héroïne taiseuse, la mise en scène tient tout au long de Violences son parti-pris de sobriété. C'est au contact de la population argentine, montrée dans son dénuement, mais aussi dans sa diversité – de l'assassin, jeune papa complètement paumé, à l'adolescente sympathique, ravie de cette arrivée imprévue au village qui rompt un quotidien rasoir –, que la carapace de Marie se fendillera. Fine symbiose entre le film d'action et le voyage initiatique, cette chasse à l'homme débouche sur un émouvant portrait de femme.

Avec : Marie-Josée Croze (Marie), Ignacio Rogers (Pablito), Luis Ziembrowski (Pablo Molina), Benz Antoine (Joshua), Aaron Parry (Nicky), Tony Nardi (Tony)

Commenter cet article