TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, à partir du 26 août 2013, du lundi au vendredi à 20 heures 05, la série documentaire "Vivre en enfer".

Vivre-en-enfer.jpg

© Thierry Berrod / Mona Lisa


Hier encore, ces lieux hostiles étaient considérés stériles. Pourtant, certains organismes, baptisés "extrémophiles" par les scientifiques, s’adaptent à des conditions de vie fatales à l’immense majorité des autres : grands lacs salés et rivières acides, sources d’eau chaude, glaciers de l’Arctique et de l’Antarctique ou encore grottes coupées du monde... Leurs secrets de survie intéressent ceux qui étudient l’évolution. Cette série documentaire mêle prises de vues aériennes et dernières technologies de microscopie optique et électronique pour capter l’étrangeté et la beauté des paysages où vivent ces espèces.


Lundi 26 août 2013 à 20 heures 05 : Créatures du sel et de l'acide

Dans cet épisode, on part à la découverte d’animaux qui réussissent à vivre dans une eau aussi acide que du vinaigre ou alcaline comme la lessive. Dans le lac Retba, au Sénégal, des bactéries fabriquent un pigment rouge pour résister à la concentration de sel. Dans le lac Natron, en Tanzanie, des poissons nagent dans une eau ultrasaline et avoisinant les 50 °C. Dans le lac Mono, en Californie, les mouches alkali se sont équipées d’un scaphandre autonome de plongée...


Mardi 27 août 2013 à 20 heures 05 : Créatures du chaud

Au cœur du désert du Sahara, la fourmi argentée est l’unique animal sur terre dont la température corporelle peut monter à 54 °C. Dans les sources du parc national de Yellowstone, aux États-Unis, et près des dorsales océaniques, à plus de 2 000 mètres de profondeur, certains organismes vivants, appelés "thermophiles", survivent dans des eaux toxiques et bouillantes pouvant dépasser une température de 80 °C...


Jeudi 29 août 2013 à 20 heures 05 : Créatures du noir

Les scientifiques étudient les stratégies d’adaptation d’organismes capables de survivre avec très peu d’oxygène, de lumière et de nourriture dans les grottes les plus inhospitalières de la planète. Exemples en Roumanie, dans la grotte de Movilé, où un riche écosystème est né alors que l’hydrogène sulfuré y est cent fois plus concentré que dans l’air que nous respirons ; au Mexique, où dans un ruisseau souterrain, une curieuse espèce de poisson survit dans une eau saturée en sulfate d’hydrogène ; et en Slovénie, où le protée est capable de consommer ses propres tissus pour compenser le manque de nourriture.


Vendredi 30 août 2013 à 20 heures 05 : Créatures du froid

Au Spitzberg, les plantes sont poilues pour lutter contre le froid ; sur la calotte glaciaire du Groenland, le tardigrade (minuscule animal appelé "l’ourson des eaux") est capable de "s'endormir" pendant de très nombreuses années ; en Antarctique, le poisson des glaces possède un sang transparent et des protéines qui jouent le rôle d’antigel. Mais alors qu’ils sont la base d’écosystèmes fragiles, ces organismes seront certainement les premières victimes du réchauffement climatique...

Commenter cet article