TV Replay

Publié par Aanil

W9 propose, mercredi 19 mars 2014 à 20 heures 50, le magazine des faits divers présenté par Sidonie Bonnec avec Paul Lefèvre, "Enquêtes criminelles".

enquetes-criminelles-le-magazine-des-faits-divers-Sidonie-b.jpg


Affaire Rousselet : mais qui a tué le psychologue ?


Nuit du 17 août 2001, à Béziers, dans l'Hérault. La Féria bat son plein et les pompiers qui ont été appelés ont bien du mal à se frayer un chemin au milieu des milliers de personnes qui ont envahi les rues. Un appartement d'un immeuble cossu du centre-ville est dévoré par les flammes, un incendie criminel sans aucun doute. Car en arrivant sur les lieux, les soldats du feu découvrent un corps carbonisé, celui du propriétaire des lieux : Alain Michelet un psychologue respecté de 50 ans. Son corps est lacéré et il a le crâne fracassé.

L'homme est marié mais sa femme, Natalia, une jolie Russe de 30 ans, n'est pas là. Elle est en voyage en Ukraine chez sa mère. Et c'est sur elle que les soupçons vont rapidement se porter. Car la jeune femme n'a pas le comportement d'une veuve éplorée lorsque la police judiciaire de Béziers lui annonce l'assassinat de son mari. Bien au contraire, elle explique aux policiers qu'elle le détestait et qu'elle réclamait le divorce depuis un an. En réalité, depuis plusieurs mois, la jolie blonde d'1m 80 file le parfait amour avec un autre homme.

Quelques jours après la découverte du corps du psychologue, un étrange témoin se présente au commissariat de Béziers. Francis Rousselet, un maçon de 40 ans, prétend avoir été enlevé la nuit du meurtre. Il aurait été séquestré et battu par un homme avant de se réveiller 24h plus tard dans une rue de la ville, couvert de plaies et de sang ! Rousselet affirme que son agresseur n'est autre que l'assassin du psychologue.

Pour la police, commence alors une incroyable partie de Cluedo...


Affaire Bary : L'heure du crime

26 mars 2004, 11h35. Laurent Bary, 35 ans, éleveur de poulets, rentre chez lui à Lanneau près de Dijon. Alors qu'il pénètre dans le salon, il découvre une scène d'horreur : sa femme Valérie, 38 ans, gît dans une mare de sang. Elle a le crâne fracassé et a été sauvagement poignardée de treize coups de couteau.

Immédiatement alertés, les gendarmes trouvent près du cadavre l'arme du crime, un couteau de boucher dont la lame mesure plus de vingt centimètres. Mais aucune empreinte, ni aucun ADN ne sera retrouvé, comme si le meurtrier avait miraculeusement effacé toute trace de son passage.

Qui pouvait en vouloir à cette aide-soignante sans histoires ? Interrogé, Laurent Bary a un solide alibi : il a passé la matinée à livrer des poulets dans la région et l'autopsie révèle que son épouse a été tuée une heure avant que l'homme ne rentre au domicile conjugal.

Très vite, l'enquête s'oriente sur l'hypothèse d'un cambriolage qui aurait mal tourné car plusieurs objets personnels de la victime ont disparu.

18 mois s'écoulent, jusqu'à ce que la montre de Valérie Bary soit retrouvée à quelques kilomètres seulement de la scène du crime, au domicile d'un proche du mari !

Commenter cet article