TV Replay

Publié par Aanil

W9 propose, mercredi 22 janvier 2014 à 20 heures 50, le magazine des faits divers présenté par Sidonie Bonnec avec Paul Lefèvre, "Enquêtes criminelles".

enquetes-criminelles-le-magazine-des-faits-divers-Sidonie-b.jpg


Les amants, le mari et le légionnaire : l'affaire Cavanna


Le 5 avril 1997 le village d'Épagny, près d'Annecy, est sous le choc !

Le patron charismatique de la boîte de nuit locale « Chez Amédée » vient d'être assassiné, enfin, plus précisément, exécuté ! Car Alfred, dit Freddy Cavanna, 60 ans, a été abattu de 4 balles de 22 LR dans le dos et la tête.

Un véritable guet-apens : on lui a tiré dessus par surprise alors qu'il rentrait chez lui au petit matin avec la recette de la nuit en poche. Une recette qui a tout simplement disparu. Mais les gendarmes ne sont pas convaincus par la piste crapuleuse.

Ils focalisent l'enquête sur la veuve, Monique, plus joyeuse qu'éplorée. En effet, cette femme entretient une relation passionnée avec un certain Yozef, un beau slovène de 30 ans, ancien légionnaire et mannequin.

Freddy n'aurait-il pas été la victime des deux amants ?

Au fil de l'enquête les gendarmes découvrent les scénarios incroyables que Monique et Yozef ont échafaudés pour parvenir à leur fin...


Le quatuor diabolique : l'affaire Joël Desprez

5 février 2000, Éragny sur Oise en région parisienne. À la nuit tombante, deux chasseurs découvrent le corps en partie calciné d'un homme couché face contre terre. La victime s'appelle Joël Deprez, un déménageur de 38 ans, père de famille sans histoire de Franconville. Sa femme avait signalé sa disparition dix jours plus tôt.

Face aux enquêteurs de la Brigade Criminelle de Versailles, Nathalie Deprez a dressé un portrait peu flatteur de son mari : un homme alcoolique et violent.

L'autopsie et les prélèvements pratiqués sur le cadavre ont permis d'établir que Joël Deprez était encore vivant lorsqu'il a été carbonisé. Des traces d'essence ont été relevées sur le corps. Plus étrange encore, les examens démontrent la présence d'une faible dose d'anxiolytique dans l'estomac du cadavre. Le mystère s'épaissit quand le véhicule du défunt est retrouvé à Épinay sur Seine, soit à plus de 25 kilomètres du lieu de la découverte du corps.

Très vite, les policiers sont intrigués par Nathalie Deprez, la veuve. Ils découvrent que cette femme leur a menti. Joël était en fait un bon père de famille, un mari attentif, un employé sérieux.

L'enquête progresse et l'on ne tarde pas à découvrir que l'homme que tout le monde surnommait « Bourvil », pour sa bonhommie, a en réalité était la victime d'un quatuor diabolique...

Commenter cet article