TV Replay

Publié par Aanil

Au sommaire du magazine "Des Racines et des Ailes", diffusé mercredi 03 septembre 2014 à 20 heures 45, sur France 3 :

 

Des Charentes au Poitou

 

Une frontière pour deux royaumes
Journaliste : Isabelle Thomas, JRI : Guy Sabin, Ingénieur du son : Alain Barnault, Montage : Cécile Lecante Production : France 3

La chaîne des Pyrénées, de la Méditerranée à l’Atlantique, est devenue la nouvelle frontière du royaume de France en 1659 avec le traité des Pyrénées. Le traité assortit sa paix de précautions frontalières. Chaque ville-clef, chaque vallée est soigneusement fortifiée. Vauban dessine notamment Mont Louis, à 1600 mètres d’altitude, la plus haute des forteresses. Et 300 ans après sa construction, le fort est toujours actif : c’est le centre d’entraînement commando qui l’occupe aujourd’hui. Nous suivrons la formation de ces soldats d’élite qui s’appuie sur la rusticité de la forteresse. Le commandant de la place témoigne de l’efficacité d’un tel site, aujourd’hui reproduite sur des conflits encore en cours, comme l’Afghanistan. Sylvie Candau est responsable du patrimoine, elle souligne les atouts indéniables de la citadelle, au lendemain du Traité des Pyrénées.

Plus à l’Est, au carrefour de deux vallées, sur la route du Roussillon, se trouve Villefranche de Conflent. Cette ville qui fait face à la frontière espagnole n’est tombée dans le giron français qu’en 1654. L’historien Alain Ayats nous décrit les enjeux de cette cité. Son fort, décidé par Vauban, verrouille la place. Joël Méné nous fait partager son enthousiasme pour « son » fort : sa famille s’est en effet entièrement consacrée à la sauvegarde de la forteresse, que l’Unesco a reconnue parmi les sites majeurs de Vauban.

Premier port du Roussillon au XVIIe siècle, Collioure est la démonstration du savoir-faire défensif de l’ingénieur Vauban. Son château-fort médiéval ne suffit plus ; les hauteurs qui cernent le port doivent être aménagées. Il faudra attendre près d’un siècle avant que la baie ne soit entièrement verrouillée. Après le Traité des Pyrénées, il a fallu encore près de deux siècles pour que soit abornée la frontière. En tout, 602 bornes-frontières qui dessinent parfois de curieux virages. Olivier Penaud est devenu un spécialiste de ces limites en pays basque. Et la dernière borne, la 602, a une invraisemblable implantation…entre terre et mer.

 

Au-delà des frontières

Journaliste : Isabelle Thomas, JRI : Guy Sabin, Ingénieur du son : Alain Barnault, Montage : Bertrand Manzano Production : France 3

La frontière entre la France et l’Espagne porte encore aujourd’hui la trace des pourparlers entre les deux royaumes. Premier exemple, Llivia qui est demeuré une enclave espagnole en plein territoire français. Une enclave que Marie-Ange Lobera et Paul Delgado nous font découvrir. Ils nous expliquent que le Traité des Pyrénées ne restituait à la France que les villages alors que Llivia avait été décrétée ‘ville’ deux siècles auparavant. C’est pourquoi elle est restée espagnole…

Même exception en vallée basque du pays de Quint : la Quint (la Kintoa en basque) désigne la part prélevée par les autorités comme prix du pacage des bêtes dans la vallée des Aldudes. Aujourd’hui, l’Etat français verse toujours à l’Espagne une somme conséquente, comme un « loyer » pour les pâtures.

Qui dit frontières dit aussi contrebande. En Pyrénées centrales, la proximité d’Andorre rend le travail des douaniers plus intense qu’ailleurs, où les accords européens ont libéré la circulation des marchandises. La brigade des douanes d’Ax-les-Thermes, dans l’Ariège sillonne encore de nos jours les chemins des contrebandiers. Du temps de la gabelle de Louis XIV, c’est le sel qui était l’objet de la contrebande (d’où le surnom de ‘Gabelous’ des douaniers). C’est aujourd’hui la cigarette qui fait l’objet du plus grand trafic.

Enfin direction Le Perthus qui a pour frontière son artère principale. Du côté espagnol de l’avenue de France, les boutiques d’alcool et de tabac sont florissantes. On vient de loin, parfois, pour y faire ses achats. Le Perthus est aussi le lieu de ralliement de beaucoup de familles de part et d’autre de la frontière, qui ont inscrit leurs enfants à l’école multilingue. Nous suivrons Pierre, Luc et Coralie, des professeurs qui enseignent, en français et en catalan, de la maternelle au CM2. Le directeur de l’école nous explique combien ce partage par la culture profite à tous : les élèves sont plus performants dans l’apprentissage franco-hispano-catalan.

Car au-delà des frontières, c’est l’amour des hommes pour leurs paysages, leur langue, leurs montagnes… qui est le même de chaque côté des Pyrénées…


De Collioure à Cadaques

Réalisateur : Jacques Plaisant, Caméraman : Raphael Licandro, Montage : Antoine Laugier, Musique Geoffrey Quellien Agence de presse : Tournez s’il vous plaît

Nous débutons notre voyage par la petite ville de Collioure. Sur les pentes qui la surplombent, entre mer et montagne, le climat a donné naissance à un terroir particulier. Ici il y a des centaines d’années, les hommes ont planté des vignes. Elles produisent encore aujourd’hui un vin réputé. Laetitia Pietri nous fait découvrir ces terres. Depuis plusieurs générations, sa famille produit l’un des meilleurs vins de la région. Les vendanges battent leur plein. Face à la difficulté des accès et à la pente, toutes les vendanges sont faîtes à la main. Autre production particulière de cette région : le Banyuls. Sur la terrasse du chai de Laetitia des dizaines de bonbonnes vieillissent au soleil de la Méditerranée. Un vin doux et naturel produit depuis des siècles, grâce au climat de cette côte.

Mais Collioure, c’est aussi la terre des peintres et du fauvisme. Nous verrons, comment au début du XX ième siècle, Henri Matisse et André Derain ont révolutionné la peinture et comment ils ont marqué l’histoire de l’art.

Un peu plus au sud, se trouve la réserve marine de Cerbère Banyuls. Une réserve totalement préservée, au fond marin exceptionnel : rencontre avec des mérous et des barracudas.

A Cerbère, la ville frontière, c’est à un voyage dans le temps que nous vous invitons. En pénétrant dans un ancien palace tombé aujourd’hui dans l’oubli, nous découvrons l’ambiance des années folles de cette petite ville, avant la guerre d’Espagne.

De l’autre côté de la frontière : Cadaques. C’est la ville d’un peintre de génie : Salvador Dali. Cachée au creux d’une petite crique, sa maison permet encore aujourd’hui de mieux comprendre l’œuvre de cet artiste. En prenant la mer, c’est vers un monument naturel que nous nous rendons. Le cap de Creus. C’est la pointe la plus à l’Est de toute la péninsule ibérique. Aujourd’hui, ce cap est protégé et fait l’objet de toutes les attentions. Pourtant, il y a encore quelques années un club de vacances défigurait cette côte sauvage. Nous verrons comment ce petit paradis a retrouvé son état naturel.

[France 3] Des Racines et des ailes - Des Charentes au Poitou

Commenter cet article