TV Replay

Publié par Aanil

ARTE propose, dimanche 31 août 2014 à 20 heures 00, "Futuremag".

Quelles perspectives les nouvelles technologies nous offrent-elles en matière de santé, d’alimentation, d’agriculture, de communication, d’énergie, d’urbanisme ou de mode de vie ? Chaque semaine, Raphaël Hitier explore le monde à la rencontre des hommes et des femmes qui inventent l’avenir.

Comment arrêter les tremblements de la maladie de Parkinson ? Les neurologues du CHU de Grenoble travaillent sur la stimulation cérébrale profonde, thérapie révolutionnaire - Après le solaire et l’éolien, c’est l’hydrolien qui propose de nouvelles solutions énergétiques - Un Norvégien a eu l’idée de donner une seconde vie aux peaux de poisson en les transformant en cuir haut de gamme.

Aujourd'hui, le plateau s'installe à Bordeaux, à l’Institut des maladies neurodégénératives, avec Erwan Bézard, puis sur les quais de la Garonne, avec Marc Lafosse, du cabinet d’ingénierie Énergie de la Lune. Au sommaire : comment les neurologues du CHU de Grenoble s'attaquent aux tremblements de la maladie de Parkinson ; les promesses de l'énergie hydrolienne, qui utilise la force des courants marins ; au Chili, les déchets de l'industrie du saumon d'élevage ont donné naissance à une nouvelle matière, le cuir de poisson.

Comment arrêter les tremblements de la maladie de Parkinson ?

Elle touche 120 000 personnes en France et près de 6 millions dans le monde. C’est la maladie neuro-dégénérative la plus fréquente après Alzheimer. Les neurologues du CHU de Grenoble travaillent sur la stimulation cérébrale profonde, thérapie révolutionnaire mise au point dans les années 1990. Reportage aux côtés d’un patient pour découvrir les dernières applications de ce traitement, consistant à stimuler le cerveau grâce à des électrodes.

Les courants électriques

Après le solaire et l’éolien, c’est l’hydrolien qui propose aujourd’hui de nouvelles solutions énergétiques. Posée par 35 mètres de fond et pesant près de mille tonnes, une turbine hydraulique comme celle développée en Écosse par le groupe naval français DCNS utilise la force des courants pour activer ses pales et produire de l’électricité.

Bien dans sa peau de poisson

Reportage au Chili, deuxième producteur de saumon d’élevage au monde, qui doit traiter des tonnes de déchets, notamment les peaux de poisson. Stiven Kerestegian a eu l’idée de leur donner une seconde vie en les transformant en cuir haut de gamme. Écologique, esthétique et résistant, ce cuir de poisson pourrait bientôt arriver en force dans nos magasins sous la forme de chaussures ou de sacs à main.

Futuremag (31 août 2014)

Commenter cet article