TV Replay

Publié par Aanil

France 3 propose, vendredi 03 octobre 2014 à 20 heures 45, le magazine de la mer "Thalassa".

 

Sète en Méditerranée

On la surnomme la « Venise du Languedoc », Paul Valéry l’appelait aussi « l’Ile Singulière ». Thalassa vous propose ce soir de partir du côté de Sète. Sète, c’est l’une des villes les plus populaires du sud de la France. Toute une histoire, ancrée sur la Méditerranée ! Ses origines italiennes, sa pêche multicolore entre le thon rouge et le poisson bleu, ses connexions avec le Maroc sans oublier l’Etang de Thau qui la borde au Nord. Autant d’univers d’une richesse incroyable que Thalassa vous propose de découvrir.

 

Sète, reflets d’Italie

Des noms en « i » et en « o », une cuisine de pâtes, des expressions napolitaines, un quartier nommé « Petite Italie » où résonne le bel canto… Mais d’où vient le look italien de Sète ?

Pour avoir la réponse, direction la somptueuse côte amalfitaine. Cetara est un petit village de pêcheurs. 2600 habitants, une seule rue centrale, une spécialité : la pêche à l’anchois.

La similitude avec Sète est frappante. Colline qui surplombe la Méditerranée, maisons colorées, ruelles tortueuses, cimetière qui domine la mer. On y retrouve les mêmes noms de familles.

Depuis 150 ans, les pêcheurs de Cetara comme beaucoup d’italiens du sud ont choisi de s’installer à Sète. Poussés par la pauvreté, ils ont suivi la route du poisson bleu. Il paraît qu’à Sète la mer est poissonneuse et la sardine se vend bien. Dans leurs valises, ils apportent la pêche au lamparo.

Aujourd’hui, leurs enfants, nés à Sète sont fiers de cette odyssée, cultivent leur identité italienne. Pêche, gastronomie, fêtes religieuses, la culture sétoise doit beaucoup aux migrants italiens.

Un reportage de Stéphanie Brabant, Nedjma Berder.
Une production France 3 - Thalassa


Le retour du thon ?

« J’ai grandi en regardant les films de Cousteau. Et la biologie marine est devenue ma passion. Avec un petit faible pour le thon rouge ».

Dans le petit port catalan de Garaf, Gemma Quilez-Badia, biologiste, étudie le thon rouge de Méditerranée, une espèce menacée de disparition il y a une dizaine d'années. Elle travaille pour le WWF, une ONG qui se bat pour la protection de la nature et de l'environnement, une des premières à avoir tiré la sonnette d'alarme sur le risque de disparition du thon rouge. Elle pose des balises sur les thons pour mieux connaître leurs déplacements.

A Sète, capitale des thoniers français, l’Ifremer étudie aussi le stock de thon rouge. Sylvain Bonhommeau, un jeune ingénieur, participe régulièrement à des campagnes de recherches. Les thons reviennent chaque année sur les mêmes zones de reproduction. Alors en comparant des observations faites à douze mois d'intervalle, il peut apprécier l'évolution de la population. Les survols qu’il effectue se font quand le soleil est au plus haut. Si la lumière est trop rasante, si la mer moutonne, le repérage est difficile. Pour la ville l’enjeu est de taille et les résultats sont attendus avec impatience. La campagne de pêche vient de prendre fin, elle pouvait durer un mois, mais deux jours seulement ont suffi pour remplir les filets. Aux yeux des thoniers senneurs, le stock s’est largement reconstitué.

Un reportage de Chantal Hebert
Une production Bonne compagnie avec la participation de France Télévisions


Sea, Sète and Sun

Qu'ils soient touristes venus délibérément ou simples vacanciers passés par hasard, ils ont tous eu un coup de cœur pour la ville de Sète, au point pour certains de s’y installer définitivement.

Sous les yeux des Sétois quelque peu étonnés, les nouveaux arrivants bousculent les habitudes de cette ville historiquement tournée vers son port, au travers d’activités jusque-là réservées aux grandes cités balnéaires voisines.

Face à « Gérard Janicot » et « Aurélien Evangélisti », des enfants du pays adeptes de la détente à la Sétoise, Lionel, Babette, Patrick ou encore Guillaume jouissent d’espaces jusque-là peu exploités d’une toute autre façon… Paddle, Kayak de mer, farniente, restauration, mais également l’organisation d’un gigantesque festival de musique électro permettent aujourd’hui de découvrir la ville d’une autre manière, son Lido renouvelé, ses grottes sous-marines au pied de la corniche, mais aussi le grand phare et le théâtre de la mer.

Autant d'activités nouvelles qui bousculent la vie de Sétois qui n'avaient pas imaginé profiter de la méditerranée comme ça."

Un reportage de Sophie Kerboul, Gildas Corgnet et David Garcia
Une Production Via Découvertes Production avec la participation de France Télévisions


Le petit monde de Thau

« On vit tous les jours avec l’étang. C’est là qu’on se baigne, qu’on mange les coquillages. Tout nous ramène à lui au quotidien ».

C’est la grande mare des canards où Brassens naviguait en père peinard. On dit étang de Thau mais en réalité c’est une lagune : 7500 hectares, 20 kms de long, moins de 5 m de profondeur et des parcs à huîtres à perte de vue. C’est un trésor qui recèle une incroyable biodiversité riche, fragile et aujourd’hui très surveillée. Tous ceux qui vivent là ont à cœur de protéger cet extraordinaire patrimoine.

De Bouzigues à la Pointe Courte, de Villeveyrac à l’Ile de Thau en passant par Marseillan nous partons à la rencontre de pêcheurs passionnés, d’ostréiculteurs innovants, de vignerons écologistes et d’écoliers émerveillés.

Dans les villages, les cités, les vignobles, tous, ensemble, ils font exister l’étang de Thau.

Un reportage de Isabelle Moeglin et Laurent Desvaux
Une production France 3 - Thalassa


De Sète à Tanger, la route du Sud

« Cette liaison entre Sète et Tanger crée des connexions et des liens entre les gens. »

Vivi Navarro est une artiste peintre sétoise. Elle connaît bien la traversée en ferry entre les deux villes de Méditerranée. Pour son deuxième carnet de voyage consacré à ce parcours et aux marins embarqués, elle monte pour la première fois à bord du « Majestic », grand vaisseau blanc de la compagnie italienne GNV. A bord, il y a aussi Ali, un français d’origine marocaine qui fait le voyage deux fois par mois. Ali est transporteur comme la majorité des passagers du ferry. Il traverse avec son camion, chargé jusqu’au toit, de toute sorte de paquets. Vivi et Ali vont vivre, chacun à leur manière, avec leur propre regard, la traversée de Sète vers Tanger.

Reportage de Véronique Nizon, Nedjma Berder et Laurent Herniaux
Une production France 3 - Thalassa

[France 3] Thalassa (03 octobre 2014) - Sète en Méditerranée

Commenter cet article