TV Replay

Publié par Aanil

Dans le cadre de son magazine "Reportages", TF1 diffuse, samedi 22 novembre 2014 à 13 heures 20, les documents "Au fil du canal du Midi", "Nîmes, police secours" et "Bretons du Vietnam".

 

AU FIL DU CANAL DU MIDI
Un reportage d'Alexandre Gosselet et Abdel Mostefa (Productions du Moment)

240 kilomètres de long serpentent de Toulouse à Sète... Le Canal du Midi, classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco en 1996, attire chaque année des centaines de milliers de marins, confirmés ou " d'eau douce ". D'autres le longent à pied, à bicyclette ou avec une canne à pêche.... A chacun son canal. Mais le même rythme pour tout le monde et l'éloge de la lenteur. Passer un moment au fil de l'eau demande du temps... Oubliés vitesse et stress ! Vivent la paresse et la détente...

La famille Decamp est grenobloise. Pour Pascal, Anne et leurs quatre enfants, c'est la première fois sur un bateau. Ils ont loué une pénichette pour une semaine. Pas besoin de permis bateau, une demi-heure de formation avec un instructeur suffit. Entre passages d'écluses plus ou moins difficiles et visites patrimoniales, ils font de belles rencontres comme l'éclusier Joël Barthes, sculpteur inventif. La semaine s'écoule au fil de l'eau et le père de famille apprécie le charme de ces vacances : " Personnellement, j'ai bien coupé avec les liens sociaux, internet et le téléphone et c'est assez rare en vacances. C'est vraiment un moyen facile de se recentrer sur la famille dans mon cas ou sur la nature, très rapidement. "

Julien Gastaldi est commercial. Avec son épouse et son fils, ce Marseillais a décidé de lever le pied au maximum pendant une semaine de vacances. Ils ont loué un bateau mais préfèrent se laisser porter au rythme du Canal. Magali : " C'est une sacrée coupure, on a l'impression que plus rien ne peut se passer." Julien : " C'est sympa la maison qui bouge sur l'eau. Là tu es bien, tu es posé, tu es au calme, c'est l'été, c'est exactement ce qu'on était venu chercher, être tranquille tous les trois vu qu'on court toute l'année. "

Nicole et Michel Formon ont carrément acheté leur bateau et sont descendus du Nord de la France au Canal du Midi après avoir navigué sur la Seine et sur le Rhône. Jeunes retraités, Michel et Nicole Formon sont en voyage de noces. " Cette idée de voyager sur les canaux, c'est un rêve de gosse. Et le mariage nous a fait dire pourquoi pas un voyage de noces sur le Canal du Midi. " Après deux mois de navigation, les jeunes mariés commencent à prendre leurs petites habitudes. Ils envisagent d'ailleurs de venir s'installer définitivement dans la région.

Au bord du canal, on brûle les platanes atteints d'une terrible maladie : le chancre coloré. Un champignon microscopique déjà responsable de la mort de 8 000 platanes. Chaque année, il faut abattre et replanter en prévision de l'avenir " Aujourd'hui on prépare le canal de demain. Il est victime d'une maladie, il faut lutter contre cette maladie et puis très vite replanter de façon à transmettre aux générations futures un canal qui a la même valeur à la fois esthétique, patrimoniale et sentimentale que celui qu'on connaît aujourd'hui. "

NIMES, POLICE SECOURS
Un reportage de Guillaume Dumant. Montage : Mathias Quincé (P. Spica Prod)

Cambriolages, agressions, tentatives de suicide, violences conjugales ou même prise d'otages, à Nîmes pour veiller sur la sécurité des 150.000 habitants, les 60 policiers de Police Secours se relaient 24 heures sur 24. C'est au commissariat, appelé le " paquebot ", qu'arrivent tous les appels au 17. Cédric, Frédéric et Valérie font partie des patrouilles qui répondent avec toujours humanité, sang-froid et passion.

Grande gueule au coeur tendre, Valérie est surnommée " Mère Theresa " par ses collègues. Elle arrive à désamorcer des situations délicates avec son empathie, son humour et sa sensibilité " Le jour où je vais faire mon métier de policier comme un robot, faudra que je raccroche, c'est pas normal...On est humain. " Tentative de suicide, débordements d'une bande de jeunes.... " De quel droit ces individus peuvent nous balancer des trucs, nous insulter de la sorte ? Par contre voilà... Dans une heure, on peut porter assistance à ces gens... "

Cédric, policier de 36 ans, intervient dans l'urgence avec sang-froid. Durant notre tournage, il fait face à une prise d'otage avec le GIPN appelé pour raisonner un forcené " Le stress, on est obligé de travailler avec, on essaie de le gérer en fonction des missions. " Une mission inhabituelle pour ce jeune policier.

Frédéric a toujours voulu être policier. Une passion qui l'anime encore aujourd'hui après treize années de service " C'est une fierté de porter mon uniforme. Mon métier, je l'ai dans le sang, dans les tripes. "

BRETONS DU VIETNAM
Un reportage de Laurence Wycke & Candice Baudin. Montage : Sébastien Deron & Nicolas Rey (Press & Co).

Galettes, huîtres, cidre, fest-noz.... Des spécialités et des traditions 100% bretonnes... à des milliers de kilomètres de leur terroir d'origine. C'est au Vietnam que des Bretons ont importé leur savoir-faire et leur culture. Jean-Christophe, l'ostréiculteur, Gaël roi de la galette à Ho Chi Minh, Thierry à Hanoï. Chaque année, le biniou et les chants traditionnels résonnent pour le plus grand fest-noz de l'année....

Au large de la côte vietnamienne, Jean-Christophe vérifie comme tous les jours, la croissance de ses coquillages. Il y a huit ans, ce Breton originaire de Crozon s'est lancé un défi un peu fou : devenir le premier ostréiculteur du Vietnam. "Il y a 8 ans, la culture de l'huître n'existait pas au Vietnam. Quand j'ai dit aux gens : on va faire des huîtres sur des pendants comme ça... On m'a pris pour un martien". Aujourd'hui, Jean-Christophe récolte six à huit tonnes d'huîtres par semaine.

Dans le sud du pays, à Ho Chi Minh, un autre Breton fait briller les traditions culinaires de sa région natale. C'est Gaël. Il y a trois ans, quand on lui a proposé une place de crêpier ici, il n'a pas réfléchi longtemps avant de faire ses valises et de venir faire des galettes à 10 000 kilomètres de Plobannalec, son petit village du Finistère. Depuis, il a fait sa vie ici et s'est marié avec Thien, il y a 8 mois.

A Hanoï, la capitale du pays, une autre famille fait vivre les traditions bigoudènes. Thierry est breton et sa femme Thien Nga vietnamienne. Ils se sont rencontrés en France il y a vingt ans. S'ils se sont installés au Vietnam il y a 7 ans, c'est pour faire découvrir à leurs trois enfants une partie de leurs racines. Dans cette famille mixte, la Bretagne a une place de choix : celle du coeur. C'est à travers les chants de marin et la langue que Thierry transmet son héritage à ses enfants.

Comme Jean-Christophe, Gaël, Thierry et sa famille, il y a plus de 900 bretons au Vietnam, l'une des communautés françaises les plus importantes du pays. Héritiers d'une présence bretonne en Asie depuis le 18ème siècle, ils n'oublient pas leur terre natale, loin de là ... "On est peut-être breton naturellement quand on est en Bretagne, on est breton un peu plus militant quand on est loin d'elle", analyse Thierry. Regroupés en association, ils célèbrent chaque jour le lien si fort qui les unit et n'hésitent pas à tendre la main aux nouveaux arrivants. Pour honorer leur terre natale, ils organisent chaque année à Ho Chi Minh, la Fête de la Bretagne. Une grande fête qui a lieu au mois de mai, à l'occasion de la Saint-Yves, le saint patron des Bretons.

Reportages - Au fil du canal du Midi / Nîmes, police secours / Bretons du Vietnam

Commenter cet article