TV Replay

Publié par Aanil

ARTE diffuse, dimanche 25 janvier 2015 à 22 heures 45, le documentaire réalisé par Pekka Lehto "Meurtre en Finlande".

Anneli Auer, femme au foyer et mère de trois enfants, est accusée du meurtre de son mari, de maltraitance d'enfants et de pratiques sataniques... Chronique d'une affaire criminelle qui tient la Finlande en haleine depuis des années.

Ulvila, petite ville de l’ouest de la Finlande. Le 1er décembre 2006, Anneli Auer, femme au foyer et mère de trois enfants, compose le numéro de la police locale. À l'arrière-plan, l'agent de permanence entend un homme appeler au secours. Les policiers arrivent quelques minutes plus tard et découvrent le corps de Jukka, le mari d'Anneli, percé de plus de soixante-dix coups de couteau. Anneli et Amanda, sa fille de 9 ans, affirment qu’un inconnu est entré par la véranda et s’est jeté sur Jukka. Mais quel serait le mobile d'un tel crime ? L’enquête révèle bientôt que le coup fatal n’a pas été porté par un couteau, mais par une arme lourde et massive qui reste introuvable. La police, qui soupçonne Anneli, fait en sorte que l'un de ses agents devienne l'amant de la jeune femme. En septembre 2009, à l’issue de ce qui ressemble à une enquête à charge, un procès retentissant a lieu. Accusée d’avoir tué son mari de sang-froid et d’avoir mis en scène l’appel d’urgence, la veuve est condamnée à la prison à perpétuité. L'avocat d'Anneli fait appel et, coup de théâtre, obtient son acquittement en deuxième instance. Mais après quelques mois de liberté, la jeune femme est à nouveau arrêtée : elle est cette fois poursuivie pour maltraitance d'enfants, cruauté envers les animaux et pratique sataniques…

Manipulations

Pekka Lehto a minutieusement réuni tous les éléments de cette affaire, intégré des séquences filmées durant le procès, ainsi que des interviews d'Anneli en prison et après sa mise en liberté. Il s'est également entretenu avec la fille aînée Amanda, témoin à décharge. Les enfants ont joué en effet un rôle important dans ce drame. L‘attitude du frère de l’accusée, Ari, chez lequel habitaient les enfants durant la détention de leur mère, n’est pas forcément claire. Les erreurs de procédure, les manipulations de certains protagonistes et les failles de l’enquête sèment également le trouble. En démontant la mécanique judiciaire, Pekka Lehto signe un vibrant plaidoyer en faveur de la présomption d’innocence.

Meurtre en Finlande

Commenter cet article